LE CARREFOUR : Nathalie Lepage, au travail pour les citoyens

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
LE CARREFOUR : Nathalie Lepage, au travail pour les citoyens
La conseillère municipale Nathalie Lepage lors de son assermentation, à la suite de son élection en novembre 2017. (Photo : archives – Jean-Marc Gilbert)

ELLE VOUS REPRÉSENTE

Nathalie Lepage a été élue de justesse dans le secteur Lachenaie (quartier 15) en novembre 2017 lors des élections municipales. Éducatrice en service de garde à la Commission scolaire des Affluents, Nathalie Lepage confirme qu’elle sera de nouveau en lice en 2021.

 

Pourquoi avoir fait le saut en politique?

La politique m’a toujours interpellée. J’ai fait deux campagnes en compagnie de Stéphane Berthe dans le quartier 15 et il m’a demandé de lui succéder, puisqu’il briguait la mairie.

Après une grande réflexion avec ma famille, je me suis lancée. C’est certain que c’était un nouveau défi, mais je me sentais prête à remplir ce mandat. Régler des dossiers et faire avancer les choses, ça me rejoint beaucoup, encore plus aujourd’hui, car au fond, c’est pour les citoyens que nous travaillons.

Quels sont les dossiers qui vous animent?

Le projet du Ruisseau de Feu est l’un de ceux-là. Ça fait longtemps que ce projet doit être réalisé et il y a des choses intéressantes qui s’en viennent.

Je suis aussi très impliquée à la Fondation pour les enfants démunis de Lanaudière. J’en suis la porte-parole. Depuis toujours, j’aime travailler avec les jeunes et les enfants. Leur avenir et leur bien-être seront toujours très importants pour moi. Nous y tenons plusieurs activités de financement pour ces enfants. Je mets toujours tous les détails sur ma page Facebook de conseillère. C’est une implication qui m’inspire énormément.

Comment conjuguez-vous votre emploi régulier et votre mandat de conseillère?

À la commission scolaire, je n’ai pas un horaire régulier, ce n’est pas du 8 à 5. Puisque mon horaire est coupé, ça me donne tout le temps dont j’ai besoin pour faire les suivis de mes dossiers et avec les citoyens. Honnêtement, je n’aurais pas réussi si ça avait été différent. À tout le moins, l’un des deux postes n’aurait pas été bien fait, ce que je ne voulais pas. Si je m’investissais en politique, il fallait que j’aie la certitude de bien faire mon travail, autant au service de garde qu’au conseil. Et il faut dire que j’ai toute la collaboration de mon conjoint.

Quel a été l’un de vos rêves de jeune fille?

Je rêvais de faire des compétitions en natation. J’ai aussi souhaité devenir sauveteuse, mais j’ai pris d’autres chemins, dont obtenir un diplôme en secrétariat. Cependant, un travail de bureau, enfermée, ce n’était pas pour moi et je me suis dirigée vers les services de garde après quelques années.

Trouvez-vous difficile de demeurer à La Plaine, alors que vous représentez les citoyens d’un quartier de Lachenaie?

Non. J’ai été franche dès le départ avec les électeurs et ils semblent l’avoir bien accepté. De toute façon, je connais très bien Lachenaie pour y avoir demeuré et travaillé pendant plus de 25 ans. J’y étais aussi impliquée, entre autres à titre de responsable des terrains de soccer. Pendant mon porte-à-porte, plusieurs m’ont reconnue et m’appelaient «la madame du soccer». À ce jour, ça ne m’a pas empêchée d’agir dans l’intérêt des Terrebonniens de Lachenaie.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar