Éric Lapointe : la passion du rock et de la scène

Déjà 15 ans qu’Éric Lapointe roule sa bosse à travers la province afin de faire ce qu’il aime le plus : des «shows». À 35 ans, la passion du rocker est toujours là, un peu comme si chaque spectacle qu’il donnait était son dernier.

Éric Ladouceur

À guichets fermés

Après un départ plutôt tumultueux, la tournée «Coupable» est bel et bien amorcée, et jusqu’à maintenant, tous ses spectacles ont été donnés à guichets fermés. «Je touche du bois pour que ça continue. On dirait que plus le temps avance et plus on a du « fun » à faire des « shows ». Le nouvel album a redonné un « boost » au groupe, et on a recommencé à avoir un bon niveau de trac avant les spectacles. C’est un très bon signe», raconte le chanteur, attablé au bar Tap Room à Montréal.

Après cinq albums et des dizaines de numéros un radiophoniques, Éric avoue être maintenant aux prises avec un heureux problème. «Disons que le choix des « tounes » est de plus en plus difficile à faire quand vient le temps de monter le spectacle. J’essaie d’en donner pour tout le monde, autant les vieux que les nouveaux « fans », ce qui fait que les « shows » durent deux heures et demie et qu’on joue plus de 25 chansons par soir», souligne-t-il.

La bartendresse

Parlant de chansons, Éric s’apprête à sortir un deuxième extrait de «Coupable», «La bartendresse», une chanson qu’il a écrite pour décrire la vie de serveuse dans les bars (« bar tender »), un monde qu’il connaît bien.

Pour le vidéoclip, il a choisi son bon ami Patrick Huard comme réalisateur, et le concept risque de faire beaucoup de vagues à travers tout le Québec. «On veut faire une sorte de « reality show » pour le choix des filles qui vont jouer dans le clip. En association avec des stations de radio, on va bientôt lancer un appel à tous pour que les gens nous envoient le choix de leur « bartendresse » (barmaid) favorite pour qu’elle soit choisie pour jouer dans le clip. On a besoin de six filles, et c’est Patrick moi et qui aurons la très difficile tâche de faire la sélection finale. J’entrevois une journée très longue», dit-il avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

Plus sage, Éric Lapointe? Un peu. «Disons que mon entourage m’aide à m’assagir. Ils ont tous une famille et des enfants, ce qui fait que lors des tournées, on se couche des fois plus tôt. Quand j’ai vraiment le goût de sortir, je me rabats sur les techniciens qui ont encore l’énergie», précise celui qui vient tout juste de fiancer la très jolie Marie-Pier.

Parmi les grands

Pour ceux qui doutent encore de la popularité d’Éric Lapointe, sachez qu’il est le seul Québécois, avec Céline Dion et Ginette Reno, à avoir cumulé cinq disques platines consécutifs (100 000 exemplaires et plus).

Et si ses disques représentent la matière première de son œuvre, c’est aussi grâce à ses spectacles endiablés qu’il continue de connaître autant de succès partout où il passe. Véritable bête de scène, c’est sur les planches qu’il se nourrit de l’affection du public, qui, lui, en redemande toujours, et ce, depuis 15 ans.

À l’instar du reste de la tournée «Coupable», le spectacle du 10 mars au Théâtre du Vieux-Terrebonne est complet. Pour ceux qui y seront, ce sera une belle façon de couper l’hiver en deux. Pour les autres, l’hiver va être long.

Partager cet article
GPAT

Commentez l'article

avatar