Espace de création en pleine ébullition

Pénélope Clermont

journaliste@larevue.qc.ca

Espace de création en pleine ébullition
Julie Courchesne, Isabelle Caya, Judith Boily, Chantal Lapier et (à l’arrière) Marie Levac. (Photo : Pénélope Clermont)

Cinq artistes passionnées se sont unies pour mettre sur pied les Ateliers du Vieux. Un lieu de partage avec en son centre les arts visuels, pour elles et pour la communauté.

Les astres se sont alignés pour Chantal Lapier, Isabelle Caya, Marie Levac, Julie Courchesne et Judith Boily quand le local situé au 825, rue Saint-Pierre à Terrebonne s’est libéré. «En 24 h, tout le monde avait répondu qu’elles embarquaient!» lance Chantal Lapier.

Il faut dire qu’un an plus tôt, il avait été question d’ouvrir un atelier du même type dans un autre lieu, mais la chose n’avait pas abouti. L’opportunité s’étant présentée à nouveau, elles ont saisi l’occasion.

Du 29 juin au 1er juillet, elles ont tenu des portes ouvertes afin de faire découvrir leur nouvel espace commun à la population. Chacune a sa pièce de création, hormis Marie Levac et Isabelle Caya, qui partagent le même lieu. Malgré des univers très distincts et affirmés, l’ensemble n’en est pas pour autant disparate.

Les femmes fortes, colorées et explosives de Chantal Lapier se marient bien au caractère fantaisiste de Marie Levac et ses modelages à la Alice au pays des merveilles. À ses côtés, les œuvres d’Isabelle Caya, aux notes de BD et d’illustrations, qui mettent aussi en scène des femmes et des chats, ne sont pas si éloignées des toiles au style croquis de Julie Courchesne, entre liberté et romantisme. Parmi le lot, Judith Boily, à force de récupération, fige des objets significatifs dans le temps afin d’en créer des souvenirs artistiques.

Complémentarité artistique

Qu’est-ce qui unit cinq artistes à la démarche et au parcours et différents? «Notre énergie! On est pétillantes et festives», lancent-elles en chœur alors que les portes ouvertes viennent d’être lancées. «On est toutes différentes, mais on se complète. On n’est pas dans la compétition», spécifie Judith avant que Julie enchaîne : «On est dans le partage.» «On se réunit, on se regarde travailler, on se conseille, ajoute enfin Chantal. On veut que ça marche. On le fait pour nous et pour la communauté.»

Définissant le lieu comme des ateliers et non une galerie d’art, les Ateliers du Vieux demeurent accessibles au public lorsque l’une d’entre elles s’y trouve pour laisser place à ses inspirations, c’est-à-dire souvent.

Éventuellement, des projets collectifs pourraient en découler. «On avait parlé de faire des soirées de création, mais on n’a pas encore vraiment discuté de ce qu’on va faire. C’est sûr qu’il y aura des activités et des événements», résume Marie.

Pour en savoir plus, il faudra suivre les «Ateliers du Vieux» sur Facebook.

Art en vrac

Parallèlement aux Ateliers du Vieux, Judith se lancera dans un projet dès le 9 septembre, dans le même espace. Fondatrice d’Art en vrac, elle donnera des cours d’art visuel aux apprentis artistes de tous âges, et ce, en groupe ou privé. L’objectif : offrir des ateliers semi-dirigés permettant aux élèves de développer leur côté créatif et de découvrir la multitude de médiums entourant les arts visuels par l’exploration de différents matériaux. Des places sont encore disponibles. Visitez la page Facebook «Art en vrac» pour plus de détails.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar