Et ce n’est même pas encore l’hiver…

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Et ce n’est même pas encore l’hiver…
Il n’est pas rare de remarquer une file de véhicules souhaitant rejoindre l’autoroute 25 sud depuis le boulevard des Seigneurs le matin. (Photo : Pénélope Clermont)

Un automobiliste attend à l’arrêt d’une artère routière achalandée de Terrebonne. Le succès de Lisa LeBlanc s’échappe de son véhicule : «Peut-être que demain ça ira mieux, mais aujourd’hui, ma vie c’est de la maaaarde!» Il n’est sans doute pas le seul à se dire la même chose en ce mardi matin ensoleillé, mais bien congestionné.

Les bouchons de circulation sont causés par beaucoup, beaucoup d’automobilistes. Selon les données 2018 d’une carte interactive du ministère des Transports du Québec, chaque jour, 89 000 véhicules en moyenne circulent sur l’autoroute 25, à l’angle du boulevard des Mille Îles. À l’intersection de la rue Grande-Allée, ils sont 70 000 véhicules, puis 56 000 près de la sortie du chemin Sainte-Marie, à Mascouche. Sur l’autoroute 640, près de l’autoroute 25, on en compte quelque 76 000 en moyenne chaque jour.

Selon une étude de la firme WSP dévoilée en avril 2018, une augmentation de 8 % du volume d’automobiles a entraîné une hausse de 46 % des retards liés à la congestion routière sur la couronne nord, de 2014 à 2017. Si rien n’est fait, le phénomène ne fera qu’empirer d’ici 2021.

Changements d’habitudes

Chacun à leur façon, des Moulinois ont déjà entrepris des actions pour se sortir de la congestion routière, comme changer de quart de travail. «J’ai décidé de travailler de nuit pour ne plus être prise dans la circulation. Je travaille au centre-ville de Montréal et je peux me stationner à la porte sans payer des frais de parcomètre. Je ne retournerais pas en arrière!» a répondu Jacqueline Stockli dans un sondage maison que La Revue a lancé sur Facebook.

Quant à Mélanie Dion, elle a carrément opté pour un autre emploi : «Mascouche-Laval prenait 1 h 15 le matin et le soir, et cela, en été et non en hiver! Je suis maintenant à Terrebonne et tellement plus heureuse de ne plus avoir à endurer ce calvaire qui empoisonnait ma vie!»

Ne souhaitant pas tous changer d’horaire ou d’emploi, ils sont plusieurs à réclamer davantage de voies routières, dont Mathieu Laliberté : «C’est simple, lâchez d’écœurer les automobilistes avec toutes les pistes cyclables et voies réservées et faites de la place pour les véhicules aussi.» De son côté, Patrick Pellegrino se fait plus nuancé : «[Il faut] offrir un véritable service de transport en commun. Même si j’adore la voiture, ajouter des voies ne fera que repousser le problème de quelque temps, expose-t-il. On a le train, mais ce n’est pas attrayant : pas de fréquence et un trajet d’une durée interminable. La ligne orange est surpeuplée. Sans compter que de se rendre au stationnement incitatif de la gare de Terrebonne implique soit le trafic [des autoroutes] ou augmenter le flot de circulation dans des quartiers résidentiels.»

D’autres misent en effet sur des moyens de transport alternatifs, comme la famille d’Alain Pouliot. «Nous avons vendu notre deuxième véhicule. Je reste à Mascouche et je travaille à Laval. Ma conjointe travaille proche de la maison. Nous avons décidé de marcher, de faire du vélo et du covoiturage et nous avons quatre enfants. Cela est possible. […] En vélo, Mascouche-Laval c’est 1 h. Idem en voiture solo. Reste à avoir une piste cyclable sécuritaire cependant», indique le père de famille en y allant d’une pensée philosophique : «N’oubliez pas que vous n’êtes pas pris dans le trafic, vous êtes le trafic.»

Le développement remis en question

«La clef de tout réside dans la démographie, évoque Marie-France Despatie, toujours dans le cadre du même sondage. Si les routes sont déjà bouchonnées, comment accepter qu’on ajoute multiplex, condos de 18 étages et développements domiciliaires de 80 résidences en plus? Vraiment, le problème doit être urgemment réglé à la source.»

Plusieurs commentaires des internautes remettent en question les décisions des élus municipaux de Terrebonne et de Mascouche. «Ce n’est pas à la mode de parler de développement à cause des problèmes de circulation», a reconnu le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, lors d’une entrevue offerte pour le Reflet économique qui paraîtra plus tard cet automne. «Les citoyens nous disent d’arrêter de faire du développement parce qu’on crée de la congestion routière, mais si on ne développe pas, ce sont les villes [plus au nord] qui le feront et les routes seront quand même congestionnées», a renchéri le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, à la même occasion. Une étude réalisée par la Ville de Mascouche confirme que près d’un usager sur quatre qui emprunte le chemin Sainte-Marie à l’heure de pointe provient de Terrebonne, du secteur La Plaine ou de Saint-Lin–Laurentides.

Les deux premiers magistrats pointent du doigt un retard d’investissements sur la couronne nord, particulièrement dans Les Moulins, où l’économie bat son plein. «D’est en ouest, pendant plus d’une décennie, les investissements routiers ont été inexistants et aujourd’hui, on en voit les impacts, mentionne M. Plante. Nos citoyens qui se plaignent du développement sur nos territoires devraient plutôt venir nous appuyer pour faire pression sur le gouvernement du Québec afin que [des actions soient prises].»

Soulignons que le ministère des Transports n’avait pu fournir à La Revue une liste des investissements routiers réalisés au cours des 20 dernières années dans Lanaudière au moment d’écrire ces lignes.

 

LISEZ ÉGALEMENT : https://www.larevue.qc.ca/les-solutions-se-font-attendre/

Partager cet article

1
Commentez l'article

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Clermont Lévesque Auteurs de commentaires récents
Clermont Lévesque
Invité
Clermont Lévesque

c’est vrai le trafic c’est l’enfer et avec les travaux pour le tunnel Lafontaine prévus ce sera encore pire c’est pour cela que je suis maintenant un citoyen de Sainte-Julie pour être plus prêt de mes enfants et si je m’ennui de Terrebonne je ne m’ennui pas du trafic.