Financement supplémentaire pour 15 organismes lanaudois

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Financement supplémentaire pour 15 organismes lanaudois
Bien que l’investissement représente un gain majeur dans les revendications pour un meilleur financement à la mission des organismes communautaires autonomes, la TROCL entend poursuivre sa mobilisation vers l’atteinte du 475 M$ revendiqué par les 4 000 organismes québécois.

Le gouvernement annonçait récemment un investissement de 11 M$ pour mieux soutenir les organismes communautaires et réduire les iniquités en matière de financement. Dans Lanaudière, cela représente 327 672 $ distribués à 15 organismes de défense collective des droits et de lutte aux problèmes sociaux.

Notons que de ce montant, 51 193 $ seront attribués à ces organismes afin de leur permettre d’assumer les coûts de croissance de leur masse salariale, notamment ceux liés aux hausses prévues du salaire minimum. Il s’agit d’une augmentation de 3,96 % de leur financement annuel, indique le gouvernement. Avec ces augmentations, le financement des 15 organismes touchés s’élève maintenant à 1,3 M$ annuellement.

Établis à Mascouche, l’Association des personnes handicapées visuelles de Lanaudière (27 346 $), l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), section des Moulins (24 152 $) et l’Action populaire des Moulins (25 084 $) obtiennent de cette nouvelle enveloppe 76 582 $.

«Les organismes communautaires de notre région jouent un rôle des plus importants auprès des gens qui sont à la recherche d’un coup de pouce afin de faire valoir leurs droits et d’être respectés. Nous reconnaissons le travail qu’ils accomplissent, et je suis très heureux de leur offrir mon soutien concret», a commenté par communiqué Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation, ministre responsable de la région de Lanaudière et député de Terrebonne.

Des investissements bien reçus

Selon la Table régionale des organismes communautaires de Lanaudière (TROCL), la volonté de réduire les iniquités entre les organismes et de faire reconnaître le rayonnement territorial des groupes s’est traduite par des mesures bien reçues par le milieu. Des seuils planchers minimaux ont été établis selon la mission des organismes et des organismes en défense collective des droits reconnus mais non financés recevront un premier financement.

«Au-delà de l’aspect financier, cette annonce démontre la volonté actuelle du gouvernement de reconnaître le rôle essentiel des organismes communautaires autonomes dans le développement social et économique du Québec. Un rôle qui vise la transformation sociale, l’inclusion et une participation citoyenne active dans les différentes sphères de notre société», a souligné dans un autre communiqué Maya Fernet, agente de liaison à la TROCL.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar