Foule d’idées et promesse d’actions

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Foule d’idées et promesse d’actions
Le directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins, Pierre Berthiaume, ainsi que sa présidente, Caroline Favreau, entourant le maire de Terrebonne, Marc-André Plante. (Photo : Gilles Fontaine)

Le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, était plus détendu et confiant que l’année dernière à l’occasion de son discours annuel devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins (CCIM). Près de 250 personnes se sont déplacées pour en apprendre davantage sur les multiples projets que son administration entend réaliser à court et à moyen terme.

D’entrée de jeu, le maire Plante est revenu sur le contexte difficile dans lequel il s’était livré à ce premier exercice, en 2018, quelques jours après avoir imposé d’importantes hausses de taxes. «Les finances municipales l’exigeaient et nous n’avions pas le choix», témoigne-t-il. Il juge toutefois que la hausse de cette année, «très légèrement supérieure à l’inflation dans les secteurs commerciaux et industriels», permet à Terrebonne de demeurer dans «le peloton de tête» en ce qui a trait à la taxation dans ces secteurs.

Record d’investissements

Ne manquant pas de rappeler les investissements qui se sont élevés à un montant record de 239,7 M$ pour 2018 et l’émission de près de 2 100 permis de construction, le maire a réitéré qu’il aura besoin de temps pour renverser complètement la vapeur après des «années d’instabilité malheureuse à l’hôtel de ville». Certaines mesures immédiates ont toutefois porté leurs fruits.

«Notre progression des dépenses est l’une des plus faibles des 12 plus grandes villes du Québec. Ceci est le résultat du travail acharné des employés municipaux», souligne M. Plante. Il donne aussi en exemple l’adoption d’une nouvelle politique qui permet de favoriser l’achat local pour tous les contrats de moins de 100 000 $.

Avenir prometteur

L’invité de la CCIM s’est montré très optimiste pour les années à venir en dévoilant des projections du futur quartier général de la police, un chantier de 35 M$ dont le début des travaux sera annoncé «dans quelques semaines».

Ce projet représente, selon le M. Plante, «une étincelle» pour le développement futur du secteur Urbanova Est, au sud de l’autoroute 640.

Le maire a aussi évoqué une fois de plus «la nécessité de construire un nouvel hôtel de ville» pour mettre fin à «la disparité des équipes (…) coûteuse et peu efficace», équipes réparties dans 14 bureaux administratifs un peu partout sur le territoire.

L’unification faite, plusieurs bâtiments municipaux deviendront libres. Si la Ville souhaite en conserver certains, d’autres pourraient être vendus, soient deux sur la montée Masson et deux autres sur la rue Saint-Pierre.

Entre 6 000 et 8 000 emplois

Le premier magistrat a aussi précisé certaines données concernant le futur 8e parc industriel de Terrebonne, un espace de 44 millions de pieds carrés, dont 55 % seront réservés pour de la superficie industrielle. À terme, M. Plante entrevoit que les entreprises qui s’y installeront seront en mesure de créer de 6 000 à 8 000 emplois et de générer des retombées fiscales de 700 M$.

Il a finalement abordé tous les enjeux concernant la circulation en répétant qu’il tient mordicus à l’élargissement de la route 337, à la mise en place de l’échangeur Urbanova et à l’ajout de voies réservées au transport en commun sur les autoroutes 25, 640 et 40. Idem pour l’enjeu du stationnement dans le Vieux-Terrebonne. «Je suis un peu tanné du surplace, tout comme vous. Il y aura de l’action dans notre quartier historique», assure-t-il.

À la suite de son discours, il a répondu à une dizaine de questions formulées par le public sur des enjeux économiques, sociaux et environnementaux.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar