France Gagnon préfère le face-à-face

France Gagnon préfère le face-à-face

Alors que l’environnement et le climat ont retenu l’attention au cours de la dernière semaine et que la population demande aux politiciens de poser des gestes concrets pour la terre, la candidate conservatrice dans Terrebonne, France Gagnon, fait un triste constat sur le terrain en matière d’affichage électoral. Elle s’interroge en effet sur l’ambition des bloquistes, des libéraux et des verts quant au nombre de pancartes installées partout dans la ville. Parce qu’elle a à cœur l’environnement et que toutes les formes de pollution visuelle l’irritent, Mme Gagnon confie avoir fait le choix d’y aller «très sobrement». «Parce que vous n’avez pas d’interaction avec une affiche, je préfère parcourir le plus d’endroits possible pour rencontrer les gens et j’ai choisi d’installer un peu moins de 150 pancartes au total. Alors quand les gens me disent : « On ne vous voit pas », ils ont raison», de mentionner la candidate, qui affirme ne plus pouvoir compter le nombre de mains serrées et d’échanges avec la population tellement elle a parcouru la circonscription depuis le début de la campagne. Par ailleurs, elle se dit fière des engagements de son parti dans les derniers jours : élargir les critères d’admissibilité au soutien aux personnes handicapées, mener une enquête sur le scandale de corruption SNC-Lavalin, offrir un crédit d’impôt pour les habitations écoresponsables et soutenir les petites entreprises. «Des engagements concrets qui remettront plus d’argent dans les poches des citoyens de Terrebonne», rappelle-t-elle. Sur la photo, Alain Rayes, candidat et lieutenant du Québec pour le PCC, Mme Gagnon, et Andrew Scheer, chef du PCC. (PC)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar