Front commun des CPE contre le projet de loi

Front commun des CPE contre le projet de loi
L’implantation mur à mur des maternelles 4 ans pourrait avoir des conséquences néfastes, croient le Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière CSN et l’association des employeurs en CPE de la région.

Croyant que «le développement mur à mur» des maternelles 4 ans aura «des conséquences néfastes», le Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière CSN et l’association des employeurs en CPE de la région s’unissent pour dénoncer le projet de loi du gouvernement.

Des bannières ont été déployées et installées bien en vue, les 28 et 29 mai, devant chacun des CPE affiliés à la CSN de la région, dont Gamin Gamine, la Toupie et Les petites Girouettes, tous trois situés à Terrebonne. «C’est une première pour nous d’arriver à créer une alliance unanime avec l’ensemble des dirigeants de l’association des employeurs en CPE de la région», affirme Lili Tremblay présidente du syndicat.

Elle ajoute que le regroupement n’est pas contre l’implantation des maternelles 4 ans, mais plutôt sur le caractère mur à mur du projet de la CAQ. «Cette implantation aveugle vient d’atteindre un coût impressionnant d’implantation de plus de 800 000 $ pour chaque classe, alors qu’en pleine campagne électorale, la CAQ évaluait le coût à 125 000 $. Tout ça pour satisfaire la réalisation coûte que coûte d’une promesse électorale absurde qui ne tient pas compte des services déjà en place que nous offrons au quotidien», précise Mme Tremblay.

«La CAQ pollue la consultation et va à l’encontre du processus démocratique qu’elle a elle-même initié. Ça donne une impression de déjà-vu. Un goût amer qui rappelle la façon libérale de faire de la politique», renchérit Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière CSN.

D’autres activités sont prévues par la centrale syndicale afin de «sensibiliser la population à l’importance du bien-être des enfants dans le cadre du développement des maternelles 4 ans». (JMG)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar