« Fuck off » ou le lâcher-prise de Maxim Martin

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
« Fuck off » ou le lâcher-prise de Maxim Martin
«Les fans ne seront pas déçus», promet Maxim Martin. (Photo : Éric Myre)

Le 5 février à la salle Desjardins du Théâtre du Vieux-Terrebonne, l’humoriste Maxim Martin vient lâcher prise en présentant son 5e one-man-show, Fuck off. Malgré ses 30 ans de carrière, il a su conserver un humour grinçant qui frappe très souvent aux bons endroits, à commencer par le titre!

«Le titre résume bien le show, mentionne Maxim Martin. Il y a un très gros double sens, parce qu’on est vraiment dans une espèce de nouvel aréna de l’humour où les baromètres ont changé jusqu’à se poser la question : de quoi peut-on rire et comment peut-on le faire? Puis à un certain moment, tu lâches prise, tu te dis fuck off et tu fonces. De l’autre côté, il y a le gars de 50 ans qui a lâché prise parce qu’il voit la vie différemment d’avant.»

Aucun sujet épargné

Maxim Martin est incisif. Il traite de tout et ne s’est imposé aucune limite de sujets. «Je me l’étais promis pour ce 5e show : aucune limite. Les deux derniers spectacles, ç’a été de l’écriture, je ne dirais pas lourde, mais profonde. Ce n’était pas évident d’aller au fond de moi-même. Pour cette fois, je ne me suis mis aucune pression d’écriture, aucun fil conducteur ou de sujet précis. J’avais un seul critère, il fallait que ça soit drôle, point.»

« Ça se peut que ce que je te dise te dérange, mais tu ne pourras pas dire que tu ne te reconnais un peu pas là-dedans. »

L’humoriste a toujours livré son humour comme s’il avait un pied de chaque côté de la clôture, à la limite de la censure. «Si je traite d’un sujet, j’essaie de le faire de façon à ce que tout le monde puisse s’y identifier. Ça se peut que ce que je te dise te dérange, mais tu ne pourras pas dire que tu ne te reconnais un peu pas là-dedans ou qu’il n’y ait pas une partie de toi qui pense que j’ai raison. C’est là le plaisir de la création. Moi, j’aime faire rire en dérangeant.»

Défi d’écriture

«Honnêtement, j’ai adoré le défi d’être aussi incisif qu’avant dans une époque, disons, plus fragile et de trouver la façon de le faire. Les fans ne seront pas déçus. La fin du show est assez trash, je fais le procès de chaque génération, je parle aussi de la virilité d’aujourd’hui, surtout de la mienne. Ça brasse en crisse, mais en même temps, le gars qui livre le message a le sourire dans la face tout le long. C’est ça aussi, la grosse différence. La crise d’adolescence est passée depuis un boutte. Je suis hyper fier d’avoir réussi à rester moi-même malgré tout.»

Déjà 30 ans

Maxim Martin compte 30 ans de carrière. Déjà. «Ça me fait bizarre», réagit-il lorsque nous lui en parlons. «C’est drôle parce que saboter ma carrière, j’en ai fait un job à temps plein dans ma trentaine. Mais même à travers mes années noires, il y avait toujours un côté de moi qui y croyait encore. Il fallait juste que je me botte le derrière et que je refasse mon « casse-tête ». Honnêtement, je sais que ça va faire cul-cul, mais c’est ça qui est ça, je suis encore là à faire ce que j’aime dans vie, et c’est pas mal grâce au public. Je ne peux dire que merci. Mettons que je suis très reconnaissant de ce que je vis aujourd’hui, les shows, la radio, la série avec ma fille. Man, je suis en train de vivre les plus beaux moments de ma carrière.»

Et au grand plaisir de l’humoriste, les billets de son spectacle s’envolent rapidement, alors il faudra rester à l’affût d’une annonce de représentations supplémentaires.

Pour assister au spectacle Fuck off de Maxim Martin le 5 février, il suffit de visiter le www.theatreduvieuxterrebonne.com ou de téléphoner au 450 492-4777.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar