Gabriell poursuit sa route

Véronick Talbot
Gabriell poursuit sa route
Gabriell pose ici aux côtés du maire de Kamouraska, Claude Langlais, qui lui a remis le grand prix «Municipalité de Kamouraska» pour son œuvre intitulée «Le Jardin Oublié», à l’occasion du Symposium de Kamouraska.

Après avoir été nommé «Académicien de l’année» lors du plus récent Gala de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec, devant dignitaires et grands maîtres de la peinture, Gabriel Lavoie a toujours le vent dans les voiles. Passages remarqués dans des symposiums d’ici et d’ailleurs, reconnaissance de ses pairs, première exposition solo en neuf ans… Son histoire continue de s’écrire de belle façon.

Voilà déjà plus de 20 ans que Gabriel Lavoie gagne sa vie grâce à son art, que ce soit par ses œuvres ou par les cours et ateliers qu’il se plaît à donner. S’il n’avait jamais été véritablement tenté de faire la tournée des symposiums au cours de ces années, le vent semble avoir tourné. Et pour le mieux.

«Je suis une personne très réceptive aux signes qui m’entourent. Et depuis quelque temps, c’est comme si la vie et les commentaires des gens autour de moi me poussaient à tenter l’expérience des symposiums. J’ai donc décidé de plonger et depuis, les portes semblent s’ouvrir devant moi», confie l’artiste.

À Kamouraska d’abord, l’homme s’est particulièrement fait remarquer avec sa toile «Le Jardin Oublié», grâce à laquelle il a reçu deux distinctions, soit le prix «Ville Saint-Denis» et le grand prix «Municipalité de Kamouraska». De fait, c’est son œuvre que l’on apercevra sur les lithographies officielles qui annonceront la prochaine édition du symposium.

«C’est merveilleux…»

Le Terrebonnien a par la suite pris le chemin de Laval pour participer au Symposium de Sainte-Rose, avant de se rendre à Magog pour le Symposium de la Traversée Internationale du Lac Memphrémagog, où il a eu l’occasion de rencontrer des gens issus de tous les milieux.

«C’est ce que j’ai le plus aimé de ma participation à ces symposiums : le contact avec les gens. C’est comme si les visiteurs sentaient qu’ils ne devaient pas s’arrêter à l’image qu’ils voyaient lorsqu’ils regardaient mes toiles, mais qu’ils devaient plutôt entrer dans une autre dimension pour les comprendre et saisir toute mon inspiration. Lorsque je les regardais contempler mes toiles avec une main sur le cœur et le regard brillant, c’était merveilleux», poursuit celui qui utilise le nom de Gabriell lorsqu’il signe ses toiles.

Il est tellement satisfait de cette nouvelle expérience qu’il prévoit participer à davantage de symposiums l’an prochain. «Je dois en faire plusieurs pour cibler les endroits les plus appropriés à mon art. La peinture symbolique et spirituelle n’est pas acceptée partout.»

Exposition solo

D’ici là, l’artiste peintre présentera une vingtaine de toiles à la boutique Un Monde à Vie, à Mascouche, du 20 août au 15 octobre. «Plus de la moitié des œuvres qui y seront exposées ont été réalisées au cours des deux dernières années, mais j’ai également opté pour quelques anciens tableaux. Mon choix s’est fait de façon naturelle», souffle Gabriell. Il s’agira de sa première exposition solo en neuf ans. Notons que le vernissage se tiendra les 20 et 21 août de 10 h à 17 h.

Par ailleurs, il continue d’offrir des cours de peinture de même que des ateliers de peinture intuitive. Les personnes qui souhaitent prendre part à ces stages peuvent d’ailleurs communiquer avec Gabriell par courriel à info@ucm.ca. Pour les cours à la maison, il suffit de lui écrire à gabriel.lavoie@ucm.ca.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar