Gambader sur tous les continents

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Gambader sur tous les continents
Trois générations impliquées : Xavier Grant-Duchesne, Dany Grant, Louise Grant, Norman Grant, Jimmy Grant. (Photo : Olivier Lamarre)

Au Québec et dans notre région, l’entreprise de Terrebonne Industries Normrock est connue pour être le fabricant et le distributeur de l’Amphibex, plus familièrement appelée la grenouille. Pourtant, briser la glace ne constitue que 3 % à 5 % du travail accompli par cette machine amphibie.

« Le dragage, le pompage, l’excavation dans l’eau, le nettoyage des cours d’eau, ainsi que le contrôle de la flore aquatique et la décontamination sont les usages réguliers de l’Amphibex », détaille Norman Grant, président fondateur de l’entreprise et l’un des propriétaires. Louise, sa conjointe, et ses deux fils, Dany et Jimmy, sont les autres partenaires.

Machinerie amphibie

Fabriquée en 1994, l’Amphibex avait été conçue pour des travaux d’excavation dans l’eau, ainsi que des travaux de raccordement et d’installation d’émissaires de prises d’eau. Dans les faits, cette machine a été pensée pour compenser les difficultés qui survenaient lors de travaux en milieu marin et sur le littoral. « C’est au début des années 90 que nous avons songé à une telle machine. Nous n’avions pas la machinerie adéquate pour réaliser certaines interventions dans l’eau. Ça a pris trois ans pour la concevoir et la fabriquer. »

À force d’investir dans le développement, les Industries Normrock sont devenues la seule entreprise sur la planète à fabriquer une telle machine. L’Amphibex se retrouve maintenant sur tous les continents.

Restauration environnementale

L’une de ses plus grandes utilisations demeure la restauration environnementale. « Dans de nombreuses provinces canadiennes, nos machines servent à la restauration et au nettoyage de lacs et cours d’eau », donne en exemple M. Grant. Il n’y a aucune de ses machines en service au Québec pour ce type d’ouvrage. « C’est plus compliqué », avoue-t-il.

Briser la glace est venu pratiquement par hasard. « J’avais laissé entendre qu’avec l’Amphibex, nous pouvions briser les embâcles et éviter les inondations. J’ai reçu une demande pour casser la glace sur la rivière des Mille Îles. Nous ne l’avions jamais fait. Par la suite, il y a eu les journaux et c’était parti pour la grenouille. »

L’Amphibex sert maintenant partout au pays en prévention des embâcles, malgré qu’il ne s’agisse que d’un faible pourcentage de son utilisation.

Le Tigre et l’Euphrate

« En Irak, ajoute M. Grant pour citer un autre exemple, nous avons 27 machines sur les deux fleuves (le Tigre et l’Euphrate). Ces derniers reçoivent des millions et des millions de mètres cubes de solides chaque année à travers les eaux usées. Les besoins en nettoyage et en décontamination sont importants. Pour l’environnement en général, mais surtout pour les gens qui ont besoin de cette eau. »

Plaisir familial

Norman Grant éprouve une grande fierté devant le caractère familial de son entreprise. La relève, il n’a pas à s’en préoccuper, elle s’est faite naturellement. D’ailleurs, la troisième génération, Xavier Grant-Duchesne, serait déjà impliquée dans l’entreprise.

« Cependant, quand on construit ses propres Tonka, on ne veut pas quitter le carré de sable tout de suite », lâche-t-il en conclusion.

Malheureusement, nul n’est prophète dans son pays. Au Québec, l’Amphibex n’est utilisée qu’à 3 % ou 5 %. C’est probablement pour cette raison que nous ne voyons la grenouille que l’hiver et parfois au printemps.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar