Gascon et Labad reviennent avec l’argent

Photo de Pierre-Luc Chenel
Par Pierre-Luc Chenel
Gascon et Labad reviennent avec l’argent
Ève Gascon était devant le filet du Canada lors de la finale durant laquelle elle a arrêté 32 lancers. (Photo : Steve Kingsman HHOF-IIHF Images)

Ève Gascon et Maya Labad ont subi une défaite crève-cœur en finale du Championnat du monde féminin des moins de 18 ans, en Slovaquie, mais elles sont de retour au pays avec beaucoup de souvenirs. L’équipe canadienne a perdu, le 2 janvier, par le pointage de 2 à 1 en prolongation contre les États-Unis.

Ève Gascon était devant le filet du Canada lors de ce match sans lendemain. Dans la finale, la gardienne de Terrebonne a arrêté 32 lancers. «Je me sentais en confiance, puisque je n’avais jamais perdu contre les États-Unis avant cette partie, a-t-elle déclaré. Donc, je voulais juste jouer comme j’étais capable de le faire, sans trop me préoccuper de l’adversaire.»

L’enjeu était grand. L’équipe canadienne était championne en titre et un duel en finale contre les Américaines apporte toujours son lot d’émotions. «Je pense que j’ai bien géré mon stress, a avoué la gardienne. C’est sûr qu’au début de la partie, j’étais très stressée, mais dès que j’ai mis un pied sur la glace, mon stress est parti et je voulais juste jouer mon match.»

Ève Gascon a récolté trois victoires en quatre départs pendant la compétition. De plus, elle a été nommée joueuse du match pour le Canada dans la victoire de 2 à 1, le 29 décembre, contre les États-Unis. «C’était tout simplement incroyable! De représenter ton pays pour une aussi grosse compétition est juste indescriptible, a-t-elle soutenu, ajoutant qu’elle a pu visiter quelques endroits de Bratislava, dont le château. Personnellement, je crois que j’ai très bien fait et mon équipe m’a beaucoup aidée. Je pense que notre défensive était très solide, donc ça me facilitait la tâche.»

Labad choyée

Maya Labad n’oubliera pas ce tournoi de sitôt. La Mascouchoise se considère privilégiée d’avoir fait partie de l’équipe. «Je suis très fière d’être Canadienne et je me trouve chanceuse d’avoir pu porter la feuille d’érable, a-t-elle dit. Je suis très reconnaissante de cette chance.»

En cinq rencontres, la joueuse arborant le numéro 7 a obtenu une passe. Comme il s’agit d’un tournoi de courte durée, il n’y a pas de place à l’erreur et l’équipe doit être soudée rapidement. «Nous avons très bien performé du début jusqu’à la dernière seconde, a assuré Maya Labad. En finale contre les États-Unis, je ne savais pas trop comment réagir, car j’avais un mélange de plusieurs émotions en même temps, a-t-elle conclu. J’étais stressée, j’avais de la difficulté à comprendre ce qui était en train d’arriver, mais en même temps, j’étais enthousiaste et j’avais en tête l’envie de les vaincre.»

Le Canada a connu une ronde préliminaire parfaite en battant dans l’ordre la Russie, les États-Unis et la Finlande. Par la suite, l’équipe canadienne a défait la Finlande en demi-finale, avant de s’avouer vaincue en grande finale.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar