Gilles Labbé aime servir !

Sa poignée de main est chaleureuse et son regard est direct, sans faux fuyant. Animé d’un gros bon sens, c’est un leader hors du commun qui a grand désir, celui de servir. Oui, le comté de Masson s’est donné un fameux représentant pour succéder à Yves Blais: M. Gilles Labbé.

Gilles Bordonado

Marié depuis près de 30 ans et père de trois enfants (et bientôt grand-père), Gilles Labbé est un modèle de stabilité. Il a pris sa retraite du service des affaires sociales de la Ville de Montréal après 28 ans de loyaux services. Ce résidant de Le Gardeur depuis 1975 a choisi la banlieue pour pouvoir élever sa famille dans un environnement sain à leur apprentissage.

Agé de 50 ans, Gilles Labbé est un bourreau de travail. Natif de Montréal, il a residé dans le quartier de la Petite Patrie à Montréal et fut élevé à l’ombre des arbres du parc Lafontaine. Tout jeune, ce fils de menuisier et issu d’une famille modeste s’est mis au boulot. Aîné d’une famille de cinq enfants, il « faisait des balcons » avec ses frères, le solide gaillard s’occupant de la démolition et, avec patience, de la finition au pinceau.

Le bénévolat, il est tombé dedans étant jeune. Ce leader naturel a été entraîneur sportif, moniteur et chef de camp, président de classe, cadet et cadet commandant, chanteur dans une chorale, actif dans le milieu paroissial et à la Fête nationale, fondateur du Rendez-vous estival de Le Gardeur, qui aura dix ans cette année, et de combien d’autres organismes et groupes.

L’action politique publique, ce fut un accident de parcours: « Quand j’ai eu des travaux à faire pour la maison, comme les gouttières et les clôtures, j’ai visité les voisins de ma rue pour connaître leurs besoins et savoir s’ils étaient intéressés à ce que je négocie un prix de groupe. Plus tard, nous avons eu, sur la rue, un problème avec les égouts, qui se déversaient dans le mauvais tuyau. La Ville nous réclamait des milliers de dollars pour effectuer les travaux et les gens sont venus me voir et m’ont fait leur porte-parole. Un an plus tard, le promoteur et la ville réalisaient les réparations à leurs frais. Dans les mois qui ont suivi, suite aux pressions des citoyens et du maire Gilles Foisy, je me présentais et j’étais élu comme conseiller municipal. On était en 1982 », confiera M. Labbé.

Encore là, cet homme stable pensait bien se diriger vers deux décennies à titre de conseiller, mais voilà, on le sollicita pour la mairie en 1994. « J’avais des divergeances d’opinion avec M. Foisy. Je jugeais que ça prenait un maire à temps plein pour Le Gardeur, car le travail à faire était trop important. Un maire se doit d’être disponible en tout temps », de compléter le député. Arrivé à la mairie et réélu sans opposition en novembre 1998, il a accepté la préfecture de la MRC L’Assomption et a siégé à une multitude de groupes, dont le Conseil régional de développement de Lanaudière. Au cours des ans, il a multiplié les contacts, un atout majeur dans ses nouvelles fonctions.

Ce péquiste de longue date (il assistait à des rencontres politiques avec Bourgeault et Levésque dès la fin des années 1960) s’est questionné avant de faire le saut en politique provinciale. « Je leur ai dit pourquoi moi ? Ils m’ont dit pourquoi pas toi ? J’ai accepté… »

Cet adepte de camping et de photographie adore les gens: « Je suis un mangeux de monde. J’aime les gens ». Et ça se voit. C’est avec une fierté peu commune que la « verte recrue » nous faisait la présentation des nombreuses rencontres qu’il a eue avec les citoyens et les groupes de son comté. « Juste lundi, j’ai rencontré 14 personnes… », dira-t-il. Son objectif: qu’il ait vu tous les groupes de son comté dans la prochaine année.

Quand on lui a dit que la prochaine étape, serait un poste de ministre, il a éclaté de rire. Pour Gilles Labbé, il n’est pas question de spéculer de ce côté. Il ne l’a jamais fait de toute façon. Son bonheur est de faire ce qu’il aime, de vivre au jour le jour, profitant des joies simples de servir sa communauté et les siens…

Partager cet article

Commentez l'article

avatar