Handfield, le nouvel allié de Gaudreault

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Handfield, le nouvel allié de Gaudreault
Bien que renonçant à se porter candidat à la chefferie du PQ, Stéphane Handfield sera le bras droit de Sylvain Gaudreault, candidat à la chefferie. (Photo : Gilles Fontaine)

C’est sans surprise qu’au terme de sa réflexion, le conseiller municipal de la Ville de Mascouche Stéphane Handfield a confirmé qu’il ne se portera pas candidat à la chefferie du Parti Québécois. Il a profité de l’occasion pour offrir son appui à Sylvain Gaudreault, qui l’accompagnait lors de son annonce le 7 février.

Une trentaine de personnes étaient présentes, dont les ex-députés péquistes Mathieu Traversy et Diane Hamelin, ainsi que le président du PQ de Masson, Jonathan L. Bourgeois.

Un appui fort à Sylvain Gaudreault

«Je pense être plus utile au parti autrement, a lancé Stéphane Handfield après avoir confirmé ses intentions. Le parti a besoin d’un chef à temps plein, quelqu’un qui a une belle expérience parlementaire et c’est pourquoi je donne mon appui à Sylvain Gaudreault à la chefferie du PQ.»

«Je suis convaincu que Sylvain saura faire avancer les dossiers qui me tiennent à cœur : la souveraineté du Québec, l’immigration, la langue et l’environnement. Sylvain, tu peux compter sur mon entière collaboration.»

Il a encouragé les militants de Masson à appuyer Sylvain Gaudreault avant de lui laisser la parole.

De grandes responsabilités pour Handfield

«Aujourd’hui, c’est une nouvelle positive, signe de victoire. Celle du travail d’équipe que nous allons faire, Stéphane et moi, a déclaré le candidat à la chefferie du PQ. Stéphane est un homme engagé, ancré dans sa ville, un militant indépendantiste, un homme de conviction et un avocat réputé en immigration. Nous avons eu de bonnes discussions et avons développé une belle complicité. Trois éléments m’ont rejoint chez lui : sa conviction indépendantiste, une référence en immigration et son attachement à son milieu.»

Sylvain Gaudreault et Stéphane Handfield travailleront de très près pendant la course à la chefferie.

«Je vais avoir besoin de Stéphane comme conseiller spécial en immigration, comme conseiller dans cette course, et il m’aidera dans la préparation des débats. Et je souhaite que Stéphane soit mon lieutenant pour la Rive-Nord. Notre objectif, c’est de faire du Québec un pays, mais pour y arriver, nous devrons prendre le pouvoir. Pour ce faire, il faut une équipe forte, et Stéphane sera un élément incontournable avec une expérience précieuse.»

Une démarche sérieuse

«Ça a vraiment été sérieux, a assuré Stéphane Handfield au sujet de sa réflexion. J’ai essayé de voir ce que je pouvais mettre de côté pendant la course et rapidement, je me suis aperçu que ça ne marcherait pas. Le PQ est plus important que l’individu. Et les citoyens de Mascouche m’ont donné un deuxième mandat que je compte terminer.»

Ce rapprochement avec Sylvain Gaudreault laisse néanmoins à penser que Stéphane Handfield pourrait faire le saut en politique provinciale.

«C’est évident que j’aimerais avoir Stéphane comme candidat, a soutenu Sylvain Gaudreault, mais on va y aller une étape à la fois. Présentement, nous sommes dans une course à la chefferie. Mais Stéphane a toutes les qualités pour être ministre, la question ne se pose même pas.»

«J’espère que l’ambiance au conseil municipal ne changera pas», a répondu M. Handfield lorsque nous lui avons fait remarquer l’absence du maire Guillaume Tremblay et des autres conseillers municipaux lors de son annonce. «C’est certain que ça a fait jaser. Je me suis engagé à annoncer mes intentions avant le 17 février et c’est ce que j’ai fait. Je vais poursuivre mes fonctions de conseiller municipal et y mettre autant d’ardeur qu’avant», a-t-il conclu.

L’annonce de Stéphane Handfield n’a surpris personne, puisque l’information circulait depuis quelques jours déjà. Ses démarches pour occuper la chefferie avaient en outre peu de chances de réussir, comme l’avait suggéré l’éditeur du journal La Revue, Gilles Bordonado dans son éditorial du 5 février.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar