Il n’y a que ça ici

Les soirs de drag, les mercredis et jeudis à l’Autodrome Saint-Eustache, attirent des foules amusées qui, souventes fois, passeront, les jeudis, de drag à «hot drag». L’ambiance «dance club» installera ses tréteaux, DJ, haut-parleurs de 40 000 watts, parade de mode, «break dance», «speed dating».

Yvan Lavoie

Soirs de drag du mercredi

Soirs de drag, les mercredis, où des jeunes fort nombreux en provenance de Terrebonne passent des heures à se frayer, tranquilles, un chemin entre les autos sur les espaces verts à l’intérieur de la piste ovale : «On a déjà nos filles, raconte Francis Chrétien, sourire en coin (sa blonde est à côté), on vient pour les départs, dans mon cas avec ma Civic SIR.» Mêmes considérations pour Dany Dansereau.

Des exposants naturels

On observera plusieurs autos en démonstration, capot ouvert; ainsi Simon de Saint-Jérôme présente une superbe BMW modifiée. «Je bosse pour BMW», explique ce jeune d’à peine 20 ans, flegmatique, rien d’énervé, pour qui sa voiture est une sorte d’univers. Beaucoup de jeunes alimentés par Internet forment des groupe d’adeptes – j’ai vu un groupe qui compte 500 membres – de voitures modifiées, qu’ils installent en peloton, capot ouvert.

Dans les gradins

Ils sont nombreux dans les gradins à se laisser amuser des départs de voitures. Un jeune, Michael Lavoie, de Lachenaie, nomme les voitures, stimule une intelligence vive à comparer. Aussi simple que le plaisir d’identifier, de comparer les marques, de se laisser surprendre, d’applaudir en foule une victoire inattendue !

Rigoler quand un mec est obligé de demander à sa blonde de pousser sa voiture qui a rendu l’âme devant une foule pliée en deux, quand encore un vieux tacot voit son conducteur gavroche parier un billet de 20 $ qu’il installe entre les essuie-glaces – la foule s’esclaffait – d’une Mustang de l’année qui allait le bouffer.

L’animateur, plutôt sympa à ses heures et ancien pilote, Jean-François Descarries, fait rigoler la foule avec la litière à chat pour éponger une perte d’huile du vieux tacot. La formule est décidément gagnante!

Soir de «hot drag» du jeudi

Puis à force d’entendre du monde dire, estime Robert Larose, «ce serait « le fun » d’avoir de l’ambiance, de la musique, etc.», on a levé l’idée des défilés de mode 18-30, d’expositions de voitures exotiques, de prix certificats-cadeaux des Golden night club, Pepsi, Zona Torida, etc.

Le clou de la soirée serait l’extrême «speed date» : un gars, une fille, cinq minutes dans une voiture en attente sur l’ovale, puis go, c’est un départ comme il s’en fait des tonnes à Saint-Eustache et hop! On y fait la rencontre de sa blonde, de l’homme de sa vie. Qui sait?

Bof! pourquoi pas! Karine Lacroix, de Laval, venait l’année dernière pour s’y faire un amoureux, «mais plus maintenant, dit-elle, c’est l’ambiance, le « trip » de courser avec ma Hunda Civic» qui semblent prédominer.

Quand on lui demande c’est quoi un mec intéressant, elle répond plus vite que tous les départs d’autos : grand, cheveux foncés, pas trop musclé, juste «normal», bien habillé avec un beau char. Ma chérie, il n’y a que ça, ici!

Partager cet article

Commentez l'article

avatar