Ils ont dégusté l’art avec la SHRT

Par Stéphane Fortier
Ils ont dégusté l’art avec la SHRT
Stéphane Mayer, directeur général du Collège Saint-Sacrement, était le président d’honneur de l’activité Dégustez l’art. Il est ici accompagné de Normand Brière, président de la Société d’histoire de la région de Terrebonne.

Pour une sixième année, la Société d’histoire de la région de Terrebonne (SHRT) a tenu son activité de financement annuelle Dégustez l’art au Collège Saint-Sacrement, sous la forme d’un vins et fromages.

La gastronomie se mêlait aux arts, puisque les peintres Chantal Lapier et Jacques Sévigny, accompagnés des musiciens classiques Manon Riendeau et Réal Montminy, ont envoûté le public pendant la soirée. L’événement, qui s’est déroulé sous la présidence d’honneur du directeur général du Collège, Stéphane Mayer, contribue à assurer les activités de l’organisme au cours de l’année. «Nous aimerions être mieux connus et plus reconnus, notamment dans la communauté d’affaires, qui pourrait nous donner un coup de pouce», a lancé Normand Brière, président de la SHRT.

Au cours de l’année, l’organisme convie ses membres et le public à des activités tels une sortie annuelle, des visites guidées, des parcours patrimoniaux locaux et des conférences, qui se tiennent grâce à la générosité du Collège Saint-Sacrement, lequel prête des locaux et parfois la chapelle. Un geste plus qu’apprécié de la Société d’histoire.

Si l’organisme qui valorise l’histoire de Terrebonne occupe une place plus qu’importante dans le milieu culturel de la ville et de la région, on oublie également qu’elle est souvent, voire toujours consultée quand vient le temps de faire revivre un événement à caractère patrimonial ou historique dans le Vieux-Terrebonne ou l’Île-des-Moulins.

Par ailleurs, le président de la SHRT caresse le souhait que les anciennes installations de Moody fassent l’objet d’une revalorisation en matière de patrimoine. «Nous aimerions que les instances politiques lui donnent une vocation historique. On pourrait en faire un centre d’interprétation», suggère Normand Brière.

Au cours de cette soirée-bénéfice, l’historien Claude Blouin a raconté l’histoire du Collège Saint-Sacrement, lequel a été jadis la propriété de Sophie Raymond Masson, veuve de Joseph Masson, seigneur de Terrebonne de 1832 à 1847.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar