Improviser et s’amuser en équipe

Par Karine Audet
Improviser et s’amuser en équipe
Les joueurs de l’équipe des Pug-Go de l’école Jean-De La Fontaine, entourés des entraîneuses Maryse Belley et Kim Arbour. (Photo : Karine Audet)

Le 9e tournoi d’improvisation de la Ligue d’improvisation des Affluents (LIA) a eu lieu à l’école primaire Le Rucher de Mascouche les 6 et 7 avril. Plus de 100 jeunes du 3e cycle, provenant de 11 écoles différentes, y ont pris part.

Après plusieurs mois d’entraînement, les élèves de 5e et de 6e année se sont affrontés devant public lors de leur tournoi d’improvisation. Ce dernier s’est terminé le dimanche après-midi par une cérémonie de clôture. Chaque équipe a reçu une bannière officielle de la LIA saison 2019 et tous les élèves ressortaient gagnants par leur participation.

Une expérience de vie enrichissante

Les élèves du 3e cycle apprennent beaucoup sur eux-mêmes à travers ce tournoi d’improvisation. «Tu peux rencontrer des personnes que tu ne reverras plus après, mais ce n’est pas grave, car on s’est bien amusés. Ça améliore notre communication avec les autres», témoigne Éliane Marchand, de l’équipe des Pug-Go.

En plus de créer de nouvelles amitiés, la majorité des élèves ont confié que l’improvisation diminuait leur gêne. «C’est toute une expérience pour des enfants de notre âge et ce n’est pas tout le monde qui a la chance de faire ça», ajoute Émile Riopel, un joueur de cette même équipe.

La logistique

Les enseignants d’art dramatique ont divisé les tâches entre divers comités afin de veiller au bon déroulement du tournoi. Par exemple, certains jeunes s’occupaient de confectionner les cartons, de sélectionner les arbitres et les juges, et d’autres géraient les différents plateaux à travers l’école hôte. «C’est un projet né grâce aux enseignants d’art dramatique qui voulaient vivre un projet commun. Ce que l’on vise, c’est de développer le jeu d’acteur, que ce soit le développement de la structure, le personnage ou encore des techniques théâtrales. C’est un enrichissement pour les élèves du 3e cycle et un beau défi pour eux à la fin de leur primaire», explique Guylaine Jacques, conseillère pédagogique en art de la Commission scolaire des Affluents.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar