INÉDI peut passer à une vitesse supérieure

INÉDI peut passer à une vitesse supérieure
Parmi les domaines d’activité d’INÉDI, on compte le sport de haute performance. (Photo : courtoisie)

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), par l’entremise du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté, a octroyé à INÉDI une subvention de 140 052 $ pour l’achat d’outils et d’instruments de recherche appliquée.

Pour le centre collégial de transfert de technologie (CCTT) dédié au design industriel du Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne, cette subvention servira principalement à l’achat de deux scanneurs de très grande précision.

« Nous sommes innovateurs dans les techniques de prototypage virtuel, mais nous devions passer à la vitesse supérieure. Pour y parvenir, nous avions besoin d’équipements plus performants pour offrir un meilleur service et développer de nouvelles approches », indique Luc Taillon, responsable du développement des affaires chez INÉDI.

« Le scanneur 3D est un appareil de numérisation et d’acquisition 3D indispensable à la conception des produits, car il accélère le processus de conception, réduit les erreurs de collecte de données tout en faisant gagner du temps, ajoute-t-il. Cependant, les systèmes de numérisation 3D sont basés sur plusieurs technologies différentes, chacune ayant ses avantages et ses limites. »

C’est dans cette optique qu’INÉDI a demandé puis obtenu de la part du CRSNG une subvention pour, entre autres, l’acquisition des scanneurs à lumière structurée (numérisation corporelle) et laser (numérisation d’objets). Ces outils spécialisés permettront ainsi au CCTT d’avoir un kit complet en numérisation 3D afin de répondre à un maximum de besoins.

Enrichir l’apprentissage des étudiants

Par ailleurs, en plus des nombreuses possibilités offertes sur le plan technique, ces équipements contribueront aussi à l’amélioration du programme de Techniques de design industriel du Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne, et ce, en intégrant des éléments de recherche appliquée.

« Les étudiants seront exposés aux technologies et aux équipements véritablement utilisés par les entreprises, ce qui enrichira leur apprentissage, mentionne M. Taillon. La recherche appliquée au cégep procure également des retombées sur le personnel enseignant et les partenaires du secteur privé. En mettant ces outils à la disposition des partenaires de l’industrie et des enseignants, ceux-ci pourront se côtoyer et ainsi faire avancer l’expertise dans leur domaine de travail et d’études. » (PC)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar