Inspirer sur le terrain comme à l’école

Véronick Talbot
Inspirer sur le terrain comme à l’école
Photo : Les Alouettes de Montréal - Dominick Gravel

Ils ont la chance de jouer dans les plus grands stades de football du pays, sous les acclamations de milliers de spectateurs. Mais pour réaliser leur rêve d’atteindre l’élite dans leur domaine, les joueurs des Alouettes de Montréal ont dû travailler avec acharnement et surtout, faire preuve de détermination. C’est exactement ce qu’ils souhaitent témoigner aux élèves du Québec dans le cadre du programme «Ensemble à l’école», afin de les inciter à s’accrocher à leurs objectifs de vie.

Lancé en 1998, ce programme a effectivement pour but d’encourager les élèves du secondaire à prendre de bonnes décisions, que ce soit dans leurs études ou dans leur vie personnelle. Depuis sa création, plus de 2 000 visites ont été organisées dans les écoles de la province, permettant d’aller à la rencontre de 75 000 jeunes. Actuellement, neuf joueurs du club montréalais y participent.

«Le plus de visites que je fais, le mieux c’est, confie le vétéran Martin Bédard, qui s’est arrêté à l’école secondaire Armand-Corbeil de Terrebonne le 7 mars. Si un seul élève retient mon message et en retire quelque chose de positif pour la suite de son cheminement, j’aurai accompli mon mandat. Parfois, ça ne prend qu’une personne pour créer un mouvement et entraîner un changement positif, et j’espère être cette personne pour le plus de jeunes possible.»

Le spécialiste des longues remises, qui gonflé les rangs des Alouettes de Montréal en 2009, en est à sa 8e année au sein du programme. De son propre aveu, parler en public n’a jamais été son fort, mais en sortant de sa zone de confort, il grandit lui aussi. «Je me rappelle que lorsque j’étais étudiant et que des personnalités connues venaient dans ma classe pour parler de leur parcours, j’étais toujours attentif et je prenais tous les trucs que je pouvais pour m’aider à avancer. Et aujourd’hui, c’est à mon tour d’aider les jeunes.» Et quel est le meilleur conseil qu’il puisse leur donner? «Foncer tête première sans ne jamais se laisser décourager, et ne pas hésiter à poser des questions et à demander de l’aide lorsque c’est nécessaire. Ce n’est pas un signe de faiblesse; au contraire, c’est une force, d’aller chercher tous les outils qu’il nous faut pour avancer», termine le numéro 37, qui a également étudié en psychologie.

«Créer des étincelles»

Une opinion que partage son coéquipier Jean-Samuel Blanc, qui a rencontré les élèves de l’école secondaire Le Prélude le 8 mars, à Mascouche. Le centre-arrière de 27 ans, qui évolue avec les Alouettes de Montréal depuis 2015, a su capter l’attention de son public tout au long de sa conférence. «Ce n’est pas le problème qui importe, mais votre réaction face à celui-ci, a-t-il notamment confié aux élèves. Par exemple, si je vous dis que vous avez trois examens demain, vous avez le choix de capoter ou de l’accepter et de bien vous préparer. C’est votre réaction au problème qui est déterminante, et c’est valable dans toutes les sphères de votre vie.»

Celui qui a fait des études en finances a ainsi résumé son discours : accepter les challenges qui se présentent à nous et persévérer malgré les défis, afin d’atteindre les buts que nous nous fixons. «J’espère créer des étincelles dans le cœur et la tête de ces jeunes», a-t-il confié à La Revue.

«Somme toute, chaque joueur a connu ses propres défis et a donc une histoire différente à raconter, dans ses bons côtés comme dans ses plus difficiles. En parlant avec leur cœur, ils arrivent à inspirer les jeunes, mais ils grandissent eux aussi à travers cette expérience. C’est un enrichissement de part et d’autre, et c’est entre autres ce qui fait notre fierté à travers ce programme», conclut Sidney Ginchereau, responsable du programme «Ensemble à l’école».

Partager cet article

Commentez l'article

avatar