Investissement dans les DPJ

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Investissement dans les DPJ
Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, annonçait récemment l'ajout d'une somme de 47 M$ pour contribuer à éliminer les listes d'attente et à consolider les services en protection de la jeunesse. (Photo : Gilles Fontaine)

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, annonçait récemment l’ajout d’une somme de 47 M$ pour contribuer à éliminer les listes d’attente et à consolider les services en protection de la jeunesse.

Pour la région de Lanaudière, cela représente un investissement de 2 305 000 $. Un autre montant de 1,1 M$ a aussi été octroyé au CISSS de Lanaudière «pour l’ajout d’intervenants d’expérience, dont le mandat sera de soutenir cliniquement les intervenants sur le terrain», a précisé Pascale Lamy, adjointe au PDG – relations publiques au CISSS de Lanaudière. «Une somme sera également consentie pour offrir de la formation aux intervenants», a-t-elle ajouté.

Une trentaine de professionnels (intervenants, agents de relation, éducateurs et techniciens en assistance sociale) seront embauchés. «Le processus de dotation est en cours et des entretiens d’embauche se tiendront au cours des prochaines semaines.»

Notons qu’en date du 12 juillet, on comptait 139 dossiers en attente d’évaluation, représentant 176 enfants. «La période estivale nous permettra d’enrayer cette liste d’attente», a conclu Pascale Lamy.

Stopper l’hémorragie

Cet investissement contribuera à éliminer les listes d’attente à l’étape de l’évaluation des signalements et de l’application des mesures, et à consolider les services en protection de la jeunesse afin de répondre adéquatement aux besoins en fonction du volume des demandes toujours en croissance.

Après différentes consultations au cours des dernières semaines, le ministre injecte cette somme, qui s’ajoute aux 18 M$ déjà annoncés lors du dernier budget du gouvernement, afin de renforcer immédiatement le mentorat et le soutien clinique aux équipes.

«Même si notre gouvernement a déjà posé des gestes concrets en créant une commission, je l’ai déjà dit, je n’attendrai pas ses recommandations pour agir. C’est pourquoi nous avons été très actifs au cours des dernières semaines pour en arriver à cette annonce de 47 M$ qui va injecter une dose d’oxygène dans un système qui en a grandement besoin. Les intervenants font un travail colossal, mais il faut leur donner les moyens de mener à bien leur mission. Nous devons revaloriser les professions entourant la protection de l’enfance. Notre gouvernement prend ses responsabilités afin que tous les enfants du Québec soient en sécurité», a affirmé Lionel Carmant.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar