Jacmar s’implante dans le CentrOparc

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Jacmar s’implante dans le CentrOparc
Des représentants de la Ville de Mascouche, du Groupe Montoni et de l’entreprise Jacmar ont officialisé le lancement des travaux de construction du nouveau siège social de l’entreprise. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Après EEGT qui a amorcé la construction de son usine cet été, voilà que Jacmar devient la deuxième grande entreprise à implanter son siège social dans le CentrOparc de Mascouche, un immeuble de 20 300 pieds carrés construit au coût de 4 M$ et qui sera livré en avril 2020.

L’entreprise œuvrant dans la distribution de composantes électriques et offrant des services d’intégration de systèmes automatisés s’érigera sur la rue Louis-Blériot, a fièrement annoncé le Groupe Montoni, promoteur du CentrOparc, lors d’une pelletée de terre officielle le 20 novembre.

Le président de Jacmar, Martin Gagnon, a remercié le Groupe Montoni, ainsi que la Ville de Mascouche pour son accueil. «Merci d’avoir compris nos besoins. On se fermait les yeux et on voyait un monde meilleur pour Jacmar, et cette nouvelle construction répond à nos attentes. On se sent déjà à l’aise dans notre environnement», a souligné le chef de l’entreprise actuellement située dans l’arrondissement Anjou à Montréal.

M. Gagnon a aussi évoqué la croissance de son entreprise qui fête ses 25 ans cette année. En plus des 25 employés de l’établissement d’Anjou qui viendront travailler dans les nouveaux locaux, au moins 10 autres s’ajouteront à l’équipe grâce à l’espace supplémentaire que Jacmar aura à sa disposition.

Emplacement de choix

Le président de Jacmar rapporte avoir choisi le CentrOparc entre autres pour sa localisation, près des autoroutes 25, 640 et 40 et sa proximité avec le train de banlieue, facilitant le déplacement des travailleurs qui voudraient opter pour ce mode de transport. Des arguments qui sonnaient comme de la musique aux oreilles du maire de Mascouche, Guillaume Tremblay.

Ce dernier s’est réjoui de la construction du siège social d’une deuxième entreprise en l’espace de seulement quelques mois et a laissé sous-entendre qu’une autre annonce concernant le CentrOparc pourrait survenir en janvier.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar