Julie Snyder devient caissière chez Metro

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Julie Snyder devient caissière chez Metro
Julie Snyder saluait les produits québécois achetés par les clients de Terrebonne. (Photo : Pénélope Clermont)

EN TOURNAGE POUR LA SEMAINE DES 4 JULIE

On le sait depuis longtemps, Julie Snyder est prête à bien des choses pour une production télévisuelle. Le 10 janvier en avant-midi, l’animatrice du nouveau talk-show de V, La semaine des 4 Julie, s’est transformée en caissière chez Metro pour un topo qui sera diffusé le 16 janvier.

C’est le Metro situé sur le boulevard Moody à Terrebonne qui a vu Julie devenir une employée plus ou moins efficace pendant environ une heure et demie pour le bien de l’épisode de jeudi. Lorsqu’on a demandé au propriétaire, Jacques Leclerc, s’il comptait l’engager, il a répondu dans les rires : «Ça nous coûterait cher si on l’embauchait!»

Celle qui n’en est plus à une folie près a en effet multiplié les dons durant son passage à la caisse numéro 5 : des légumes dont elle ignorait le code à la caisse, des 500 points bonis sur la carte Metro, des cartes-cadeaux de 25 $ de Metro… «Il y a même un client à qui ça coûtait 12,96 $ et je trouvais ça compliqué à la caisse. Je lui ai dit de me donner 10 $ et que ça allait être correct», a rappelé l’apprentie caissière, une fois le tournage terminé.

On plaint la personne qui a eu à balancer le tout un peu plus tard. «Ce n’est qu’un détail», a assuré avec le sourire M. Leclerc.

La semaine des 4 Julie

Le meilleur de ce qui a été tourné à Terrebonne sera donc présenté dans son émission sur les ondes de V. Émission envers laquelle les critiques ont été élogieuses à la suite de sa première diffusion, le 6 janvier. Cette semaine, Mariana Mazza, Marc Hervieux, Maripier Morin, Caroline Néron et Rachid Badouri font notamment partie des invités du plateau de Julie.

Présentée en direct, La semaine des 4 Julie est décrite par la production comme un talk-show où tout est possible. L’animatrice y présente des entrevues, des performances, des topos, des surprises, des jeux et des concours, entourée d’une vingtaine de collaborateurs se succédant de soir en soir. Elle veut également faire découvrir de nouveaux talents.

«On s’est fait la promesse d’avoir des gens qu’on ne voit pas tout le temps sur nos écrans», a détaillé Julie en citant Ellen DeGeneres et l’artiste de cirque David Dimitri, deux invités du premier épisode. «Ça ne veut pas dire qu’on n’aura pas des stars de notre télévision, mais on les présentera sous un autre angle. On n’est pas dans la nostalgie, on est dans la modernité. V n’est pas juste une chaîne pour les 18-34 ans. C’est aussi pour les gens plus âgés qui s’intéressent à autre chose, à de la nouveauté, à des découvertes», a expliqué celle qui dit profiter d’une grande liberté chez V.

«J’éprouve une liberté que je n’avais pas eue depuis 20 ans. L’odeur délicieuse de la liberté! On dit souvent que la liberté n’a pas de prix. J’ai payé cher la mienne, mais ça valait la peine», conclut-elle, alors assise derrière le bureau de M. Leclerc pour les besoins de l’entrevue. Mine de rien, elle est passée de la caisse au bureau du grand patron en à peine deux heures!

La semaine des 4 Julie est offerte en webdiffusion au www.noovo.ca.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar