La Francoderole se nourrit au Vieux-Chêne

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
La Francoderole se nourrit au Vieux-Chêne
Philippe Roumi, Isaak Côté, Alexis Bouchard et Loïc Hubert, élèves de 6

Depuis 2002, la tournée Francoderole a visité plus 510 écoles primaires et communautés francophones du Canada et des États-Unis, permettant ainsi à plus de 110 000 enfants de participer à la plus grande œuvre collective au monde.

Les 2 et 3 mai derniers, ce sont les élèves de l’école primaire du Vieux-Chêne de Terrebonne qui ont contribué à faire grandir cette gigantesque œuvre. D’ailleurs, depuis ses premières sorties, la tournée Francoderole s’est arrêtée à plusieurs reprises dans les écoles de la Commission scolaire des Affluents.

La fierté de la francophonie

Francoderole permet aux enfants de développer leur sentiment d’appartenance à la francophonie et d’exprimer en images leur fierté d’en faire partie, ils peuvent aussi voir ce que les autres enfants ont peint sur la fresque.

Pour l’occasion, une délégation d’élèves de 5e et de 6e année ont pu exprimer en images leur vision de la Ville de Terrebonne sur l’œuvre qui se nourrit à l’infini de nouvelles parties de banderoles.

La Revue a rencontré quatre élèves qui se sont donné la mission de peindre l’église Saint-Louis-de-France.

«Au début, on pensait faire la planète d’IMAX, mais lorsqu’on a vu l’église, on s’est mis d’accord pour changer», nous ont dit Philippe Roumi, Isaak Côté, Alexis Bouchard et Loïc Hubert, élèves de 6e année. Tout comme les autres, ces quatre garçons ont bien rempli leur mission.

Cependant, certains élèves avaient choisi une autre direction. Plusieurs groupes ont créé une œuvre qui sera exposée en permanence sur les murs de l’école.

Une partie d’un tout

Outre la création, il y avait aussi l’occasion d’exposer, dans le gymnase, une partie de la fresque géante pendant deux jours.

L’œuvre complète mesure plus de neuf étages de haut et quelques centaines de mètres de largeur, il était donc impossible de la reproduire pleinement.

Cette activité collaborative a été rendue possible grâce au soutien du député de Terrebonne et ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar