La jeunesse entrepreneuriale demande un Fonds Avenir Québec

La jeunesse entrepreneuriale demande un Fonds Avenir Québec
Priscilla Marquis, administratrice et porte-parole de l’Aile Jeunesse de la CCIM. (Photo : archives – Pénélope Clermont)

À la suite de la publication d’une lettre ouverte de Maximilien Roy, PDG du Regroupement des Jeunes Chambres de Commerce du Québec, concernant la création projet d’un Fonds Avenir Québec, l’Aile Jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins (CCIM) emboîte le pas à d’autres regroupements du même type pour appuyer ce projet.

Une lettre d’appui a été envoyée aux trois députés locaux que sont Pierre Fitzgibbon, Mathieu Lemay et Lucie Lecours afin de leur exposer la démarche et de les inviter à la considérer. La lettre a été acheminée au ministère des Finances du Québec, comme l’a confirmé le bureau de M. Lemay.

« Le Réseau des jeunes Chambres de commerce du Québec (RJCCQ) propose de créer le Fonds Avenir Québec, un fonds de dotation d’une valeur de 50 M$, dont les intérêts seraient utilisés pour soutenir l’entrepreneuriat à travers la formation et l’accélération vers les phases de commercialisation et d’exportation », peut-on lire en introduction.

Priscilla Marquis, administratrice et porte-parole de l’Aile Jeunesse de la CCIM, ainsi que Julien-Karl Bellomo-Dugré, administrateur et ex-porte-parole de l’Aile Jeunesse de la CCIM, poursuivent en mentionnant que le RJCCQ, en prenant appui sur le principe d’équité intergénérationnelle et sur la Politique québécoise de la jeunesse 2030, propose de complémenter le travail amorcé avec le Fonds des générations en donnant un levier économique accessible à la relève d’affaires.

« La [CCIM] via son Aile Jeunesse appuie cette démarche et demande au gouvernement du Québec de créer le Fonds Avenir Québec, qui serait géré par le [RJCCQ] à l’aide d’un comité consultatif aguerri, dans le prochain budget », déclarent-ils avant de conclure : « L’entrepreneuriat est essentiel afin d’assurer le développement et la prospérité de l’ensemble de nos régions. Lorsqu’il est bien encadré, il contribue à réduire les inégalités économiques et de genre, favorise une citoyenneté active et participe au dynamisme économique de tout le Québec. » (PC)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar