La Maison Adhémar-Dion, « un modèle à suivre »

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
La Maison Adhémar-Dion, « un modèle à suivre »

Le premier ministre du Québec, François Legault, était de passage à Terrebonne, le 16 septembre, pour visiter les installations de la Maison Adhémar-Dion. Il a qualifié l’établissement de «modèle à suivre» en s’adressant aux bénévoles et au personnel à la fin de la visite, tout en promettant du soutien pour bien prendre soin des personnes en fin de vie et, plus largement, des aînés.

«Si tous les Québécois savaient ce qui se passe ici, ils seraient jaloux», a-t-il d’abord lancé à la blague. «C’est un endroit chaleureux, où tout le monde forme une grande famille. Il est souhaitable que toute personne en fin de vie puisse bénéficier d’un tel environnement», a affirmé le premier ministre au sujet du centre de soins palliatifs de 12 lits offrant gratuitement de nombreux services.

Il a aussi tenu à remercier les nombreux bénévoles dont le travail représente celui de 17 employés à temps plein. «Je tiens à féliciter toute l’équipe et le conseil d’administration. Nous allons vous aider pas juste avec des paroles, mais aussi avec de l’argent», a-t-il conclu.

Multiples enjeux

François Legault a aussi profité de son allocution pour répéter les intentions de son gouvernement d’aider les aînés, mais aussi les gens qui prennent soin d’eux au quotidien, dont les proches aidants et les préposées aux bénéficiaires.

Il est aussi revenu à la charge au sujet des maisons des aînés, projet pour lequel il dit maintenir le cap de 2 600 places d’ici la fin de son mandat, en 2022.

Le caquiste a par ailleurs commenté le récent jugement rendu par la Cour supérieure en lien avec l’aide médicale à mourir. «C’est clair qu’il y a une demande pour élargir [la loi] et pour que ce ne soit pas réservé uniquement aux personnes en fin de vie. Nous allons réviser cela, sans rien précipiter, et en travaillant avec les autres partis.»

Visite et bons mots appréciés

François Legault, qui était accompagné du député de Masson, Mathieu Lemay, a rencontré l’équipe administrative de la Maison Adhémar-Dion. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

La direction de la Maison Adhémar-Dion a grandement apprécié la visite de M. Legault. «Il a été simple, disponible et est allé à la rencontre de certains résidents pour parler avec eux. Il a aussi pris le temps de demander ce dont nous avions besoin», résume la directrice générale, Nicole Vaillancourt.

«Nous avons un budget de 2 M$ par année. De ce montant, 950 000 $ proviennent du gouvernement. Il faut aller chercher le reste de l’argent, sans quoi nous devrons mettre du contreplaqué sur les fenêtres», a ajouté de façon imagée Sylvain Laporte, président du conseil d’administration.

Heureusement, en plus des bénévoles, la Maison Adhémar-Dion peut aussi compter sur la générosité de commerçants, dont un qui offre gracieusement un service de buanderie, cite en exemple M. Laporte.

L’équipe administrative a bien hâte de voir la promesse d’argent se concrétiser. Pas seulement pour procéder à l’agrandissement souhaité, mais surtout pour que la Maison Adhémar-Dion demeure cet endroit où l’on ne vient pas mourir, mais bien vivre jusqu’au bout.

Partager cet article

2
Commentez l'article

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Diane RossRaymonde Turcotte Auteurs de commentaires récents
Raymonde Turcotte
Invité
Raymonde Turcotte

Moi ma mère à eu la chance de terminer sa vie chez Adhemar Dion .Elle a eu de très bon soin très belle accueil. Si tout monde se donne la main pour continuer à faire vivre se centre.Merci à tous

Diane Ross
Invité
Diane Ross

Mon mari est resté longtemps à la Maison Adhémard Dion en raison de la nature de son cancer et de ma propre santé. Je me rappellerai toujours sa résistance à aller dans ce genre de maisons. Alors je lui ai proposé de faire une visite seulement. Il a accepté sachant qu’il pouvait décider lui-même. Quand nous sommes entrés et fait le tour de la maison, il nous a dit avec conviction: ‘Je reste ici ». Après, le lendemain nous venions occuper une belle chambre propre, claire en raison de la grandeur des fenêtres. Quant à moi je n’avais qu’à payer mes… Lire la suite »