La marche vers les CrossFit Games

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
La marche vers les CrossFit Games
Nycolas Joyal espère se qualifier pour les prochains CrossFit Games, qui auront lieu en août au Wisconsin. (Photo : courtoisie)

Ancien trampoliniste du Club Viagym de Terrebonne, Nycolas Joyal s’adonne aux compétitions de CrossFit depuis près de sept ans. Il y a quelques semaines, l’athlète de 25 ans a réalisé sa meilleure performance en terminant 7e au renommé Wodapalooza CrossFit Festival de Miami dans la classe élite.

« C’est énorme comme compétition, lance l’athlète de Terrebonne. C’est de loin la compétition la plus relevée à laquelle j’ai participé. Ceux qui ont terminé de la 1re à la 6e position évoluent sur le circuit depuis longtemps et gagnent leur vie avec les bourses. » Le gagnant a remporté une bourse de 50 000 $. Pour sa 7e position, Nycolas s’est « enrichi » de 3 000 $.

« Je suis comme un nouveau qui arrive dans une nouvelle gang. J’ai mis mon pied dans la porte et les bonnes personnes savent maintenant qui je suis », dit-il. Et ces bonnes personnes sont notamment de futurs partenaires financiers. Il sent qu’il est sur la bonne voie.

À temps plein

Bien qu’il ait toujours pris le CrossFit au sérieux, Nycolas y met toute son énergie depuis quatre ans. Il s’entraîne à la Cité du Sport pour la natation et à L’usine CrossFit de Terrebonne, où il agit comme entraîneur.

« Les trois premières années, je m’entraînais cinq fois par semaine, environ une heure et demie par entraînement. Mais à force de participer à des compétitions et de développer ma passion, j’ai décidé d’y mettre encore plus d’heures. »

En fait, tout son temps libre y passe. « Je fais deux séances d’entraînement par jour, du lundi au vendredi. C’est environ une vingtaine d’heures durant la semaine. Je fais également un gros entraînement le samedi et je tente, autant que possible, de me reposer le dimanche. »

Nycolas Joyal a un but : participer aux CrossFit Games, championnat du monde de ce sport, qui se tiennent chaque mois d’août à Madison, Wisconsin, aux États-Unis.

« Il y a plusieurs façons de se qualifier pour ces Games, explique Nycolas. Il faut participer à une compétition qui y donne accès. Il y en a 28 par année. Dans une de ces compétitions, il faut être le premier à l’arrivée qui n’est toujours pas qualifié. À Miami, les trois premiers avaient déjà leur place, alors le 4e s’est qualifié. »

Une qualification à Montréal?

La dernière compétition pour se qualifier aura lieu à la mi-juin. D’ici là, Nycolas participera à quatre de ces compétitions, dont à Montréal du 13 au 15 mars, au Centre Claude-Robillard. « Ça va être très relevé. Sans me mettre de pression, j’aimerais beaucoup obtenir ma qualification pour les CrossFit Games à Montréal, chez moi. Ce serait assez spécial. Ma confiance est excellente. Je suis en montée et loin d’avoir atteint mon apogée. Je sais que j’ai plusieurs choses à travailler et à améliorer. Je ne suis pas le meilleur nageur ni l’athlète le plus puissant. Alors, je vais faire beaucoup de natation et des squats en quantité industrielle. »

Les trois autres compétitions auxquelles il participera pour se qualifier pour les CrossFit Games se tiendront à Washington à la mi-avril, à Columbus à la mi-mai et au Minnesota à la fin de juin.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar