La médiation débute au CISSS de Lanaudière

La médiation débute au CISSS de Lanaudière
Des membres de l’APTS lors d’une manifestation à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur, le 12 octobre. (Photo : archives)

Huit semaines après la rupture des négociations, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de Lanaudière accueille favorablement le début de la médiation qui s’est amorcé le 28 novembre avec le CISSS de Lanaudière.

«Les parties vont enfin reprendre les discussions et se parler, on ne peut que s’en réjouir. D’autant plus que la médiatrice assignée au dossier, Francine Lamy, jouit d’une excellente réputation en matière de relations de travail. Nous allons nous y présenter avec la même bonne foi qui nous a toujours animés et négocier avec détermination dans l’intérêt de nos syndiqués», commente Valérie Lepage, vice-présidente de l’exécutif local de l’APTS-Lanaudière.

Notons qu’aux 11 jours de médiation initialement prévus d’ici le 18 janvier, 7 jours de négociations supplémentaires sans la présence de la médiatrice ont été ajoutés. «Des matières importantes restent à régler et une attitude constructive s’impose», de dire Mme Lepage.

Pour Richard Belhumeur, il est réaliste d’en arriver à une solution négociée. «Notre syndicat a conclu des ententes de principe avec trois établissements (deux à Montréal, un en Abitibi) avant le début de la période de médiation. Ces trois ententes nous montrent la voie à suivre», affirme-t-il en soulignant que «négocier avec l’APTS appelle toutefois une approche plus nuancée» étant donné qu’elle représente plus de 40 titres d’emplois différents uniquement dans Lanaudière.

«La future convention collective doit prendre en compte les spécificités et les subtilités du travail de tous ces gens», conclut-il. (PC)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar