La nostalgie était au rendez-vous à Mascouche

Par Stéphane Fortier
La nostalgie était au rendez-vous à Mascouche
Serge Gauthier, propriétaire d’une Chevrolet 1932, et Gilbert Bureau, président fondateur de Voitures anciennes du Québec.

Pour une 5e année, les voitures anciennes étaient de retour à Mascouche, le 6 juillet, alors qu’une centaine de propriétaires avaient apporté leurs ancêtres à quatre roues au parc du Grand-Coteau.

Après un rendez-vous raté en juin à cause du mauvais temps, les membres de Voitures anciennes du Québec sont arrivés tôt le matin avec leurs petits trésors, guidés qu’ils étaient par le président Gilbert Bureau et Rita Landry, responsable de l’événement. «Les voitures présentes aujourd’hui datent des années 1912 à 1990. Je rappelle qu’il faut que la voiture ait au moins 25 ans pour être considérée comme une voiture antique», précise M. Bureau.

Parmi les attractions de l’exposition, on aura remarqué une Ford modèle T de 1912, un bijou de 1932, une Chevrolet, et une Mercury Turnpike Cruiser 1957, une voiture très kitch, selon Gilbert Bureau, qui a fondé le club de Voitures anciennes. «Elle sort vraiment de l’ordinaire et elle a été fabriquée au Canada à l’époque», dit-il. Une Citroën de 1950, des Volkswagen Beetle et d’autres beautés américaines datant des années 1950 et 1960 étaient aussi à l’honneur. «Il y a très peu de voitures datant des années 1940, et ce, à cause de la guerre. L’industrie automobile était au neutre. C’est pourquoi, au Québec notamment, les voitures les plus récentes que l’on voyait au début des années 1950 dataient des années 1930», explique ce passionné des voitures, lui-même propriétaire d’une Cadillac Custom Touring 314 de 1926, une voiture de luxe à l’époque.

Gilbert Bureau est un peu triste lorsqu’il regarde les propriétaires de voitures antiques d’aujourd’hui. «Il y a de moins en moins de voitures d’avant-guerre et les jeunes, maintenant, s’intéressent aux voitures des années 1980 et 1990», observe-t-il.

L’année dernière, environ 200 visiteurs étaient venus admirer ces anciens modèles et cette année, à cause du temps incertain et de la chaleur, on en a accueilli moins de 200, selon M. Bureau.

Les voitures anciennes seront assurément de retour l’année prochaine à Mascouche.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar