La recette pour contrer l’insécurité alimentaire

Par Stéphane Fortier
La recette pour contrer l’insécurité alimentaire
L’équipe du Café de rue solidaire est fière de son petit jardin.

C’est sous la forme d’un circuit touristique que le Réseau moulinois de cuisines et de jardins présentait, le 21 août, 8 de ses 34 partenaires disséminés dans toute la MRC Les Moulins.

Aidés par un membre de la SODAM qui agissait à titre de guide touristique, plusieurs représentants des partenaires du réseau et des invités ont pu découvrir la force de ce même réseau.

D’abord, de quoi parle-t-on au juste? En fait, le Réseau moulinois de cuisines et de jardins a pour but de contrer l’insécurité alimentaire, rien de moins.

«Le projet vise également la création d’un Réseau jardins et cuisines dans la région moulinoise. Ce projet est un moyen de concertation, d’entraide et de partage de ressources qui permet d’obtenir une emprise plus large sur l’enjeu de l’insécurité alimentaire. Il n’y a pas meilleure preuve que l’union fait la force, que la concertation peut faire une différence», mentionne Manon Massé, directrice générale d’Uniatox et leader de ce projet, laquelle désire profondément que tout le monde connaisse le réseau.

Plusieurs membres

En plus de permettre une plus grande indépendance alimentaire en cultivant des légumes pour ensuite cuisiner des plats avec les récoltes, le Réseau moulinois de cuisines et de jardins procure de nombreux autres bienfaits pour ceux qui choisissent de s’impliquer à travers les organismes membres.

Il y a quelques années, Uniatox a mis sur pied son propre jardin, et l’utilité d’embarquer d’autres groupes, communautaires ou non, a fait ensuite son chemin. Au cours de la visite du 21 août, le circuit prévoyait un arrêt au Carrefour jeunesse-emploi, chez Galilée (soutien alimentaire), chez ANIMATE (services d’aide aux nouveaux arrivants), au Café de rue solidaire (aide notamment les sans-abri), au Jardin Moore et au Jardin des rêveurs, et évidemment, chez Uniatox.

«Les partenaires du réseau de cuisines et de jardins sont soutenus et accompagnés dans l’implantation, la consolidation et l’entretien écologique de leur jardin. Ils sont aussi soutenus en ce qui a trait à l’accès, au démarrage et au maintien des activités de cuisines communautaires. Les 34 organismes travaillent de concert pour offrir des activités de cuisine et de jardin au plus grand nombre de personnes», rapporte Manon Massé.

Les cuisines autonomes proposent des activités de cuisines communautaires à l’ensemble des Moulinois, des cuisines thématiques jusqu’aux groupes de cuisine collective. Les jardins autonomes offrent des activités de jardinage communautaire à l’ensemble de la population. De plus, des formations, des activités et ateliers de jardinages sont ouverts à la communauté.

Pour en savoir plus, on peut se rendre sur la page Facebook du Réseau moulinois de cuisines et de jardins.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar