LA REVUE A 60 ANS – 3 questions à notre PDG

LA REVUE A 60 ANS – 3 questions à notre PDG
Parmi ses plus beaux souvenirs de ses 30 ans passés à La Revue, Gilles Bordonado affirme qu’il y a «par-dessus tout les liens qui se sont tissés au fil des ans avec la communauté et les membres de l’équipe, aussi bien ceux qui sont ici que ceux qui nous ont quittés». On le reconnaît ici au centre avec l’actuelle équipe.

Cette semaine, pour notre chronique portant sur les 60 ans de notre journal, nous avons choisi de poser trois questions à notre capitaine, l’éditeur et président-directeur général de La Revue, Gilles Bordonado. Rappelons qu’il œuvre pour notre hebdo depuis trois décennies et qu’il est à sa barre depuis 15 ans.

 

Quel est ton plus beau souvenir de tes 30 ans à La Revue?

Ils sont nombreux. Je dirais que ce sont par-dessus tout les liens qui se sont tissés au fil des ans avec la communauté et les membres de l’équipe, aussi bien ceux qui sont ici que ceux qui nous ont quittés. Dans la très grande majorité des cas, tous gardent un excellent souvenir de leur passage.

L’esprit d’équipe, la réalisation de projets impensables, la capacité qu’a La Revue à être plus qu’une simple entreprise m’inspirent. Nous sommes une institution importante dans le milieu et notre rôle est essentiel.

 

Quelle est ta plus grande fierté professionnelle?

Comme personne, c’est d’être devenu un meilleur homme avec le temps à force d’épreuves, de succès et à force de côtoyer des gens de tous les horizons.

Comme éditeur, c’est le fait que notre journal ait la capacité de faire évoluer les choses par nos écrits et notre implication.

Comme projets, le grand livre du 50e et maintenant le Grand Journal du 60e sont vraiment les plus inspirants.

Comme patron, c’est d’avoir fait grandir, à ma mesure, les membres de notre équipe.

Comme reconnaissance, le prix Mercure aux Mercuriades de la Fédération des chambres de commerce du Québec nous a définis comme une entreprise qui a à cœur le développement de sa communauté.

 

Quelle vision d’avenir entretiens-tu pour La Revue?

Nous serons toujours des conteurs d’histoire, impliqués dans le milieu. C’est ça, notre mission.

Hier, c’était sur le papier seulement. Aujourd’hui, c’est sur le papier et le numérique. Demain, nous partagerons nos histoires sur le support que nos lecteurs auront adopté. Nous sommes là pour demeurer.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar