LA REVUE A 60 ANS – Pour public averti

Photo de Mélanie Savage
Par Mélanie Savage
LA REVUE A 60 ANS – Pour public averti

Le Figaro, d’abord théâtre, puis salle de cinéma, a été érigé par Marcel Aubin et Jeanne Richard en 1947. Il prenait place sur la rue Saint-Pierre, au coin du boulevard des Braves, à Terrebonne. Il fermera ses portes en 1985.

Dès le départ, on y diffusait six films par semaine, dont 20 % en couleurs. Après un changement de propriétaire et de nom en 1974, il continuera de présenter des films dans deux salles, soit des films de série B dans l’une et des films érotiques dans l’autre.

Or, déjà en 1971, comme le montre cette publicité retrouvée dans les pages de La Revue de Terrebonne du 18 février 1971, on y projetait des films pour le moins particuliers. À gauche, on reconnaît l’affiche du film d’horreur Le vampire a soif, présenté aux 14 et plus dans des «couleurs frénétiques», précise-t-on. Le «vampire géant à la tête de mort» était en fait une femme qui se transformait en papillon géant avec une tête de mort et qui devait, pour vivre, se nourrir du sang de ses victimes.

Puis, à droite, on annonçait un film réservé aux 18 ans et plus, Orgissimo – Beyond the Valley of the Dolls. On promettait toute une œuvre aux spectateurs : « Le premier des films choc [sic]. Russ Meyer a tenu parole. Ce film est le plus sauvage, le plus comique, fou, sexy, horrifiant de sa série. » À voir l’image, il était difficile de s’imaginer qu’Orgissimo racontait l’histoire d’un groupe rock composé de trois filles qui se rendait à Hollywood en quête de succès. On cherche encore la guitare ou la batterie!

Et vous, quels films avez-vous eu le bonheur de voir au Figaro?

_________________

Source de l’histoire du Figaro : Programme souvenir du Gala d’inauguration officielle du nouveau Théâtre du Vieux-Terrebonne, https://bit.ly/2wEvPVQ.

Partager cet article
GPAT

Commentez l'article

avatar