L’art de Guilbo trouve refuge dans le Vieux-Terrebonne

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
L’art de Guilbo trouve refuge dans le Vieux-Terrebonne
L’artiste a adressé quelques mots à ses convives en milieu de soirée. (Photo : Pénélope Clermont)

La nouvelle Galerie d’art Guilbo était bondée de monde dans le Vieux-Terrebonne, le 4 juin. L’artiste lanaudoise en a mis plein la vue pour impressionner ses convives. Il peut dire mission accomplie!

La glam et l’élégance étaient à l’honneur au 178, rue Sainte-Marie, dans le Vieux-Terrebonne au soir du 4 juin. Cocktails raffinés, petites bouchées et convivialité étaient au cœur de ce premier contact avec l’artiste reconnu internationalement pour ses créations personnalisées et ses sessions de live painting. Plusieurs personnalités québécoises étaient d’ailleurs présentes à l’événement, dont Jean-Michel Anctil, Étienne Boulay, Pierre Hébert et Sarah-May Vézeau.

D’une superficie de 2 000 pi2, la Galerie d’art Guilbo permet au public de découvrir l’univers original de l’artiste-peintre. Situé dans une maison centenaire, le lieu arbore un look vintage et chic. Sur les murs, on retrouve une vingtaine d’œuvres de grand format mettant en vedette des animaux.

«Les animaux m’inspirent énormément. On sait quand ils sont contents, on sait quand ils sont fâchés. Ils sont toujours honnêtes et authentiques», témoigne le principal intéressé dont les tableaux sont peints à l’acrylique puis recouverts d’un époxy. Il en résulte un effet lustré permettant aux couleurs de pleinement s’exprimer.

La touche Guilbo 80

Exclusivement pour l’inauguration, Guilbo avait regroupé dans une petite pièce des tableaux d’une collection prévue pour une exposition à Miami. Sous une lumière fluorescente, on a ainsi pu admirer des œuvres mettant en vedette des personnages des années 80 arborant des textes d’animaux. «Les années 80, c’est ma jeunesse : Michael Jackson, Madonna, Flashdance, note l’artiste. Je voulais garder le style Guilbo en allant chercher une touche colorée, éclatée et un peu électrique, même.»

Une autre collection a vu jour récemment, Toi, ta femme, tu la vois comment?. Les invités ont pu en admirer la première toile, June. «Je voulais aller plus loin et toucher les femmes parce que je touche beaucoup les hommes avec ce que je fais. Ironiquement, c’est un homme qui est tombé en amour avec la première toile et qui l’a achetée», fait savoir l’homme

L’art pour tous

Singulier dans sa façon d’aborder la peinture, Guilbo aime mettre son talent et sa créativité au service de l’histoire personnelle des gens en concevant des toiles inspirées de leur vécu. En constante recherche de l’émotion brute, il crée des œuvres uniques, tant par leur méthode de création que par leur exclusivité. Prend ici forme la Dimension Humaine Guilbo.

Pour en savoir plus : www.guilbo.ca.

Partager cet article
GPAT

Commentez l'article

avatar