Laurie Arseneault en convalescence

Photo de Pierre-Luc Chenel
Par Pierre-Luc Chenel
Laurie Arseneault en convalescence
La chirurgie a eu lieu le 29 janvier et Laurie Arseneault a amorcé un rigoureux programme de physiothérapie à la Clinique Active du secteur Lachenaie. (Photo : courtoisie)

Laurie Arseneault sera à l’extérieur des pistes de vélo de montagne jusqu’en juillet après avoir subi une intervention chirurgicale à l’épaule droite.

L’été dernier, Laurie Arseneault avait chuté et subi une luxation de l’épaule droite. L’événement ne s’était pas répété durant la saison, à part un léger inconfort. «Ce n’était rien de grave pour moi et je continuais la physiothérapie et les exercices.

À partir de l’automne, j’ai commencé à avoir des dislocations dues à de petites chutes et à de faux mouvements. C’était un peu l’inconnu pour moi et je ne savais pas trop quoi faire avec ce problème. Je n’avais pas passé de radiographies durant l’été, seulement en décembre, a-t-elle raconté. D’aller vers l’opération a été une décision difficile à prendre, mais c’était nécessaire de réparer ça.»

La chirurgie a eu lieu le 29 janvier et Laurie Arseneault a amorcé un rigoureux programme de physiothérapie à la Clinique Active du secteur Lachenaie. «J’ai été prise en main par une super bonne équipe, a dit l’athlète, qui a préféré subir cette chirurgie au début de sa carrière Élite. Tout ce que je peux faire pour l’instant, c’est de lever mon bras le long de mon corps. Je vais être dans l’attelle encore trois semaines.»

La Terrebonnienne suit déjà un calendrier de réadaptation bien ficelé. Elle peut travailler le bas de son corps, sans faire d’extensions de bras. Dans deux mois, elle pourra commencer à faire du vélo de route et deux mois plus tard, elle enfourchera de nouveau son vélo de montagne.

Au-delà de bien préparer son épaule droite et d’améliorer ses aptitudes physiques, Laurie Arseneault ne doit pas négliger le côté mental dans le processus de guérison. «C’est un peu difficile, mais je dois me rappeler pourquoi je fais ça. Je faisais mon entrée dans la catégorie Élite cette année, alors c’est sûr que j’étais excitée de me retrouver dans cette catégorie, a-t-elle avoué. J’ai vraiment une bonne équipe autour de moi qui me rappelle constamment que ça va bien aller. Mon entraîneur a un plan et il ne me lâchera pas.»

Malgré l’attelle et la neige à l’extérieur, Laurie Arseneault visualise déjà son retour et son sentiment de compétition. Elle regarde vers l’avant dans l’épreuve. «En ce moment, je ne peux pas m’imaginer du négatif à mon retour, a-t-elle conclu. Mes objectifs sont aussi gros, même si je sais que je devrai travailler fort pour revenir au même niveau. Mais je n’ai pas peur de revenir au même niveau.»

Partager cet article

Commentez l'article

avatar