Laurie Arseneault se prépare pour les mondiaux

Photo de Pierre-Luc Chenel
Par Pierre-Luc Chenel
Laurie Arseneault se prépare pour les mondiaux
Laurie Arsenault à la coupe du monde en Suisse. (Photo : Rob Jones/Canadian Cyclist)

Laurie Arseneault est de retour à la maison après avoir participé aux deux dernières coupes du monde de vélo de montagne en Europe.

Au début du mois d’août, la Terrebonnienne a dévalé les pistes en Italie et en Suisse. Sa première compétition, le 2 août à Val di Sole, en Italie, n’a pas été facile avec une 28e place.

Un horaire chargé dans les dernières semaines, ainsi que plusieurs heures sur les routes et dans l’avion ont joué sur son résultat. «Je suis allée trois fois en Europe cette année. Les voyages épuisent beaucoup le corps et le mental. J’étais un peu fatiguée pour cette course et ma préparation n’était pas optimale. Une semaine avant, j’avais eu les championnats canadiens, alors il y a eu beaucoup de voyagement, a avoué celle qui faisait toutes les coupes du monde en Europe pour la première fois. Ce n’était pas le résultat que je cherchais.»

L’athlète de 22 ans s’est retroussé les manches pour la coupe du monde à Lenzerheide, en Suisse, disputée une semaine plus tard. Une 12e position lui a donné 18 points au classement. «J’ai réalisé une plus belle performance. J’ai fait beaucoup de travail mental, a-t-elle mentionné, ajoutant qu’elle a eu une crevaison, alors qu’elle roulait parmi les 10 premières. Je voulais vraiment prouver que j’étais capable de performer même si j’étais fatiguée.»

À la maison pour les mondiaux

Laurie Arseneault passera par toute la gamme des émotions à la fin du mois, alors que les championnats du monde seront présentés au Mont-Sainte-Anne. L’épreuve de vélo de montagne femmes U23 aura lieu le 31 août en avant-midi. La cycliste aura la chance de se pratiquer sur la piste pendant deux semaines avant les mondiaux, un avantage par rapport aux Européens. «Pour moi, cette course représente beaucoup. Je veux bien performer et ça peut donner de la visibilité pour notre sport, a-t-elle dit. L’objectif sera de bien performer devant mes proches.»

Des séances d’entraînement et des périodes de repos figurent au programme avant l’événement du 31 août. Laurie Arseneault est consciente qu’il y a aura plusieurs personnes de son entourage aux abords de la piste de Mont-Sainte-Anne, ce qui peut ajouter de la pression, alors qu’elle est habituée de passer incognito lorsqu’elle compétitionne en Europe.

«Il y a tellement de gens que je connais qui seront là! Ce sera le plus gros défi pour moi et il va falloir que je m’adapte à ça. Cette course, je la fais pour mes propres performances et non pour plaire aux autres, a-t-elle conclu. Quand je vais en Europe, il n’y a personne qui me connaît, c’est facile de faire sa bulle dans ce temps-là. Il n’y aura rien de différent si on compare avec une coupe du monde.»

Partager cet article

Commentez l'article

avatar