Le BIEL devient le BIELT

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Le BIEL devient le BIELT
Les directeurs des services de police de Laval et de Terrebonne, Pierre Brochet et Marc Brisson, se réjouissent de l'entente conclue par les deux villes. (Photo : courtoisie)

ÉTHIQUE ET INTÉGRITÉ

Ce qui constituait l’engagement phare de l’Alliance démocratique de Terrebonne lors de la dernière campagne électorale municipale s’est concrétisé, le 4 avril, avec le début des opérations du Bureau de l’intégrité et de l’éthique. Terrebonne se joint en fait à Laval, qui dispose déjà d’une telle structure pour contrer la collusion et la corruption depuis cinq ans.

Les deux villes ont profité du dévoilement du bilan annuel 2018 du BIEL pour annoncer que le bureau s’appellera dorénavant le BIELT. Sous la responsabilité des services de police de Laval et de Terrebonne, c’est maintenant une équipe de 15 personnes plutôt que 8 qui luttera contre des actes malhonnêtes qui auraient pu être commis dans le passé, jusqu’à 20 ans en arrière, mais aussi pour prévenir des cas futurs.

En effet, en plus des enquêteurs, le bureau sera doté d’auditeurs, d’analystes et de gens qui réfléchissent à des moyens de prévention qu’ils peuvent ensuite suggérer aux élus municipaux pour réduire au maximum le risque de collusion et de malversation.

C’est un montant de 900 000 $ que Terrebonne débourse pour la première année de l’entente d’une durée de cinq ans, une somme qui inclut l’achat de fournitures de bureau, dont du matériel informatique. Au final, une moyenne de 800 000 $ annuellement sera injectée par Terrebonne, rapporte le maire Marc-André Plante. Laval paye pour sa part 1,2 M$ chaque année.

Le premier magistrat assure que les statistiques contenues dans les futurs rapports annuels du BIELT seront divisées pour permettre d’avoir des données concernant spécifiquement les dossiers de Terrebonne et ainsi bien mesurer les retombées du travail accompli par l’équipe en place.

Profiter de l’expertise

En plus d’économiser de l’argent en intégrant un bureau et une équipe déjà en place plutôt qu’en créant une nouvelle structure, Terrebonne juge qu’elle bénéficiera beaucoup de l’expérience des gens déjà au travail. «Nous sommes au jour zéro, mais avec cinq ans d’expertise d’un bureau qui est déjà en activité», se réjouit Dany St-Pierre, conseiller municipal et président de la Commission de la sécurité publique de Terrebonne. «Le choix de créer un partenariat avec le BIEL (…) permet un échange efficace du renseignement contractuel et une meilleure coordination des dossiers d’enquêtes», renchérit Marc Brisson, directeur du Service de police de Terrebonne.

Tout employé ou citoyen qui aurait été témoin d’un acte répréhensible peut le signaler de façon anonyme et confidentielle en communiquant avec le BIELT par le biais de sa ligne de signalement au 450 575-2435 ou par courriel à bielt@terrebonne.laval.ca.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar