Le Bloc réunifié, les élus fédéraux prêts à en découdre

Jean-Marc Gilbert

media@larevue.qc.ca

Le Bloc réunifié, les élus fédéraux prêts à en découdre
Le député Luc Thériault a annoncé son retour au Bloc Québécois. Ses collègues et lui veulent avoir la voix la plus forte possible pour défendre le Québec à Ottawa.

Après des mois de tempête au Bloc Québécois qui se sont soldés par la démission de la chef Martine Ouellet et le retour des élus qui avaient claqué la porte, les députés de Montcalm et de Terrebonne, Luc Thériault et Michel Boudrias, continueront de défendre les intérêts du Québec à Ottawa.

La première journée de cette session parlementaire, lundi, a été marquée par le retour de cinq députés, dont M. Thériault, au sein de la formation politique. «On nous a démontré que l’ADN du Bloc Québécois existait encore», commente M. Thériault en donnant quelques exemples. «Lors du conseil général, il y a eu une ouverture à la réunification. Mario Beaulieu a laissé son poste de président à Yves Perron, qui est tout un rassembleur», plaide le député de Montcalm. Mais s’il revient, c’est d’abord et avant tout pour les électeurs, insiste-t-il. «Il y avait une inquiétude chez les gens qui disaient qu’il ne pouvait pas y avoir deux partis indépendantistes à Ottawa et que ça prenait un seul véhicule pour retrouver le rapport de force», explique M. Thériault, qui se donne jusqu’en décembre pour voir le Bloc reprendre «son élan».

Session chargée

En chambre, les échanges promettent d’être corsés au cours des prochains mois, notamment en matière de gestion de l’offre, dans le cadre de la renégociation de l’ALENA. Un dossier que Michel Boudrias suivra aussi de près. «C’est un enjeu fondamental et nous ferons tout le nécessaire pour obtenir des éclaircissements avant le scrutin provincial», affirme le député, qui dénonce que les discussions se fassent «derrière des portes closes». Se réjouissant du retour de ses collègues dans le contexte où des élections fédérales auront lieu dans un an, M. Boudrias questionnera encore le gouvernement fédéral concernant le dossier du chantier maritime de La Davie, son principal cheval de bataille.

Pour sa part, Luc Thériault compte notamment parler d’immigration. «Le 26 septembre, je vais déposer un projet de loi disant essentiellement que le multiculturalisme ne s’applique pas au Québec. C’est au Québec de décider comment il souhaite intégrer ses immigrants», conclut-il.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar