Le communautaire questionne les candidats

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Le communautaire questionne les candidats
Sébastien Guernon, Pierre Valiquette, Sarah Girard, Hugo Valiquette et Lysianne Panagis ont pris la parole au nom de plusieurs regroupements d'organismes pour interpeller les candidats sur différents enjeux. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Jugeant que les réels enjeux touchant les personnes les plus vulnérables de la société sont pratiquement absents de la présente campagne électorale fédérale, la Table régionale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière (TROCL) interpelle les candidats des différents partis pour obtenir des réponses claires de leur part à certaines questions.

Des représentants de plusieurs autres regroupements d’organismes étaient présents au Chez-Nous du Communautaire, à Mascouche, le 2 octobre.

«Actuellement, 9,5 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté. Si la situation s’est améliorée, il est intolérable que dans une économie comme celle du Canada, il y ait encore des personnes qui ne peuvent subvenir à leurs besoins de base», mentionne Hugo Valiquette, coordonnateur de la TROCL.

Pierre Lafontaine, de la Table de concertation d’associations de personnes handicapées de Lanaudière, a réitéré sa demande pour que le crédit d’impôt pour personnes handicapées devienne remboursable, puisque rien n’a été fait en la matière en quatre ans. «Cette mesure permettrait de favoriser la participation pleine et entière de 800 000 Canadiens», dit M. Lafontaine.

Nombreuses questions

En plus des discussions sur la pauvreté et les personnes handicapées, des questions précises ont été adressées à chacun des partis politiques en matière d’innovation sociale, d’environnement, de logement et de démocratie (réforme du mode de scrutin).

Si Luc Thériault du Bloc Québécois (Montcalm), Réjean Monette du Parti vert (Terrebonne) et Hugo Clénin du Parti populaire (Montcalm) étaient les seuls candidats présents, les questions formulées seront envoyées à chaque parti. «En 2015, nous avions reçu des réponses du Bloc Québécois et du Parti libéral. Cette année, nous souhaitons avoir plus de réponses», affirme M. Valiquette.

«Au lieu de présenter leur vision et leurs propositions, nous avons l’impression que les partis font du clientélisme pour gagner des votes sans parler des vrais grands enjeux», souligne le coordonnateur, qui espère en entendre plus à ce sujet d’ici le jour du scrutin, le 21 octobre.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar