Le géant Netflix choisit Couronne Nord

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Le géant Netflix choisit Couronne Nord
Guillaume Laurin, Julie Groleau et Patrice Laliberté, fondateurs de Couronne Nord, une boîte de production qui produira le premier film entièrement québécois financé et diffusé par Netflix. (Photo : Danny Taillon)

Un tout premier long métrage produit totalement au Québec par Netfilx pourra être vu à travers le monde sur cette plateforme d’ici un an ou deux. En septembre, la boîte de production Couronne Nord obtenait la confirmation du financement du diffuseur pour son prochain projet de d’action.

«Nous avons eu nos premières rencontres en mai avec eux et nous avons gardé contact tout l’été», nous raconte la Terrebonnienne d’origine Julie Groleau, associée de Couronne Nord et productrice du film à venir.

«Lors du Festival international du film de Toronto (TIFF), nous avons eu le “go”. Nous devrions commencer le tournage en février 2019», a-t-elle ajouté.

La peur humaine

«Nous travaillons sur un suspense d’action, un thriller qui traitera du survivalisme et de la peur humaine. L’histoire se déroulera autour de sept personnages. Le casting n’est pas encore défini. Nous sommes présentement en repérage d’un lieu de tournage tout en montant l’équipe. Nous souhaitons tourner chez nous, dans Lanaudière ou dans les Laurentides. Une trentaine de jours de tournage sont prévus.»

Du propre aveu de Mme Groleau, le financement s’est révélé ardu. «Difficile de trouver la raison bien précise, mais un film de genre fait par une compagnie de la relève peut expliquer en partie cette difficulté. Nous avons par contre été chanceux et avons été soutenus financièrement pendant nos trois premières années d’existence, notamment, mais les films de genre sont moins financés et moins mis de l’avant.»

La création avant la politique

Avec une telle nouvelle, Julie Groleau s’attendait à certaines critiques du milieu. «Nous faisons de la création et non de la politique. Je crois qu’il y a un moyen de cohabitation possible entre Netflix et les autres organismes. Je ne crois pas que le problème soit nécessairement Netflix, mais plutôt le financement en général au Québec. Oui, c’est un nouveau joueur et nous devrons vivre avec lui. Je crois sincèrement que Netflix a une réelle volonté de soutenir les productions locales comme il l’avait promis il y a plusieurs mois. Ce que nous pouvons dire, c’est que sans ce financement, ça aurait été difficile d’aller de l’avant avec le film, notamment en tournage d’hiver», assure Julie Groleau.

Les auteurs du scénario sont Nicolas Krief, Charles Dionne et Patrice Laliberté. Ce dernier en sera aussi le réalisateur.

Pour en savoir davantage, visiter le www.couronnenord.ca.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar