Le grenier de la famille Masson

Gilles Fontaine
Le grenier de la famille Masson
Les objets de l’exposition nous font entrer dans la vie des membres de la famille Masson, comme les objets de voyage d’Édouard Masson, alors lieutenant-colonel. (Photo : Gilles Fontaine)

L’histoire par les objets. C’est ce que vous propose la Maison Bélisle avec La famille Masson : du grenier au musée, une exposition d’artéfacts qui occupe les lieux jusqu’au 20 mai. Plus d’une quarantaine d’objets, choisis entre autres par l’auteur-compositeur-interprète Jérôme Couture, lequel agit à titre de commissaire de l’exposition, sont mis en valeur.

Le choix du commissaire peut surprendre. «On voulait mettre les objets de la collection vraiment en valeur et on a désiré avoir un regard extérieur, quelqu’un qui a une passion de l’histoire, mais qui n’est pas historien», explique Christine Huard, directrice culture, éducation et patrimoine de l’Île-des-Moulins.

«On souhaitait aussi s’adresser au grand public, ajoute-t-elle. Jérôme Couture répond à ces deux aspects. Il s’est engagé dans ce projet avec beaucoup de générosité. Il a pris son rôle de commissaire de l’exposition à cœur.»

La passion de Jérôme Couture pour l’histoire, la muséologie et l’archéologie date de plusieurs années. Et depuis 2015, il est porte-parole du Mois de l’archéologie. Il a œuvré en grande collaboration avec François Vallée, responsable du développement historique à l’Île-des-Moulins.

«Ça a vraiment été “tripant”, nous a lancé Jérôme Couture. Voir tous les objets, les choisir et trouver un lien entre eux, un filon et une histoire… Je me suis senti très privilégié de vivre cette expérience.»

Le commissaire explique avoir surtout été attiré par les objets. «Je ne connaissais pas l’histoire de la famille Masson. Je regardais l’objet avant tout. C’est par la suite, en voulant créer des liens ou des thématiques entre les objets, que toute l’histoire de cette famille s’est affichée.»

«Le regard extérieur était important pour nous. Ici, à l’Île-des-Moulins et à la Maison Bélisle, nous baignons dans cette histoire. Jérôme a fait révéler de nouvelles choses», a soutenu François Vallée.

Les deux passionnés donnent en exemple une découverte sur l’un des passeports exposés. «En ouvrant le document, nous avons vu des inscriptions qui montraient qu’on l’avait utilisé comme bloc-notes. Ça n’apparaît pas dans les registres. Ça se découvre en touchant aux objets.»

Et ces pièces, d’une valeur historique inestimable, vous sont montrées à la Maison Bélisle jusqu’au 20 mai. Tableau du seigneur et de la seigneuresse, collection de monnaie, argenterie et habit officiel, une quarantaine d’objets vous feront découvrir davantage la famille Masson.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar