Le plan de l’administration Plante d’ici 2021

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Le plan de l’administration Plante d’ici 2021
Le maire Marc-André Plante a fait le point sur les grands projets qui attendent Terrebonne d’ici la fin de son premier mandat. (Photo : archives)

À l’approche de la moitié de son premier mandat, le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, a accepté d’ouvrir son jeu sur ce qu’il entend proposer aux Terrebonniens d’ici à ce que ceux-ci se présentent de nouveau aux urnes pour élire un nouveau conseil municipal en 2021.

Dans un long entretien accordé à La Revue, le premier magistrat a tenu d’abord à faire le point sur sa première année et demie, qui n’a pas été de tout repos. «En un peu plus de 18 mois, personne ne peut dire que la nouvelle administration n’a pas pris ses distances avec l’ère Robitaille», témoigne M. Plante. Il cite en exemple les changements à la tête de 7 des 11 directions de l’administration municipale depuis son arrivée en poste, dont la direction générale. Il considère comme «salutaire» l’arrivée d’une personne de la trempe d’Alain Marcoux, précisant que sa présence a déjà permis d’économiser de précieux dollars. Toutefois, l’expérience de M. Marcoux vient aussi avec une certaine réputation. «J’aime mieux quelqu’un de dur, qui a de l’expérience et qui impose le respect, que quelqu’un de mou qui n’a pas les mêmes compétences et les mêmes connaissances», répond le premier magistrat. Il ouvre d’ailleurs la porte à une entrevue avec M. Marcoux concernant le conflit de travail avec les cols bleus de la Ville de Terrebonne, entrevue que nous vous proposerons sous peu dans nos pages.

Finances «fragiles»

Comme il l’a répété à plus d’une reprise depuis le début de son mandat, «les finances sont fragiles et elles le resteront pour les deux ou trois prochaines années». Plusieurs facteurs l’expliquent, comme la masse salariale qui a triplé depuis 2002 (première année suivant les fusions municipales). Au cours de la même période, la rémunération globale est passée de 37 % à 44 % du budget total de la Ville, mentionne le maire, documents à l’appui. Sans compter la dette de 500 M$. «Terrebonne pelletait les problèmes par en avant (…) Elle surfait sur le cruise control pendant des années», affirme M. Plante.

Grands projets

Le premier magistrat a aussi fait le point sur certains grands projets. Pour ce qui du développement d’un huitième parc industriel au nord de l’autoroute 640 et à l’est de l’autoroute 25, près des limites de Mascouche, le maire Plante mentionne qu’un projet de règlement d’emprunt d’un peu plus de 60 M$ pour l’acquisition de lots a récemment été adopté par le comité exécutif. Terrebonne serait le maître d’œuvre du projet et veut avoir le «parfait contrôle» sur le développement de ce parc industriel où la première entreprise pourrait amorcer ses activités en 2022. Pour ce qui est du quartier général de la police, la construction démarrera cet automne en vue d’une livraison en 2021. C’est aussi en 2021 que Terrebonne souhaite inaugurer l’échangeur Urbanova.

Le chef de l’Alliance démocratique de Terrebonne (ADT) par ailleurs dévoilé plus de détails au sujet du projet d’hôtel de ville. Deux options sont étudiées : construire un nouvel édifice tout près du futur poste de police ou conserver l’hôtel de ville dans le Vieux-Terrebonne tout en réaménageant le secteur pour former «un quadrilatère municipal». Cette seconde option signifierait l’ajout d’une annexe au bâtiment actuel et s’accompagnerait de stationnements étagés qui pourraient être situés à l’arrière du Théâtre du Vieux-Terrebonne et à l’arrière de l’église Saint-Louis-de-France. Avant de choisir l’une ou l’autre des options, le maire veut attendre les conclusions de l’étude commandée à ce sujet et s’assurer que les citoyens auront leur mot à dire.

Mouvements de personnel

Marc-André Plante a aussi accepté de revenir sur les mouvements de personnel récents au sein de son cabinet politique et du caucus de l’ADT. Il a répété qu’il ne faut pas associer les départs du chef de cabinet Nicolas Dufour et du conseiller Martin Beaudry à une quelconque mésentente. «Nous avions besoin de nous ajuster pour les grands projets qui arrivent. Sans ces changements, nous nous serions éloignés de nos objectifs», dit-il. Pour ce qui est de Caroline Desbiens, conseillère du district 8 qui n’a pas été vue dans les activités de la Ville depuis son exclusion du caucus de l’ADT à la mi-mai, le dossier est toujours entre les mains de la Commission municipale du Québec. «Ce sera à Mme Desbiens de prendre une décision et de s’exprimer si elle le désire», soutient le premier magistrat. Rappelons que l’absence de tout élu des séances du conseil municipal pendant 90 jours entraîne automatiquement la fin de son mandat. Mme Desbiens ne s’est présentée à aucune séance depuis le 13 mai.

Partager cet article

5
Commentez l'article

avatar
4 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
paqualleDenis TurbideAlainGillisAndré Allard Auteurs de commentaires récents
André Allard
Invité
André Allard

Rien sur Élargissement de la route 337!!!on en est Ou!!!!!

Denis Turbide
Invité
Denis Turbide

Il serait pertinent que les citoyens de Terrebonne soient informés de l’usage du 500 millions que les conseils municipaux antérieurs ont utilisés et à quels fins.

Gillis
Invité
Gillis

Ok et puis il coute combien ton salaire et celui de Marcoux si vous dite que vous faite attention aux porte feuilles des citoyen.

Alain
Invité
Alain

Qu’est ce qui se passe avec la 337 qui était inscrit sur les pancartes électorales ???

paqualle
Invité
paqualle

Peut-être que vous pouvez installer un mur du son sur la longeur du 640/40 pour les gens du secteur carrefour des fleurs peuvent dormir !!! C’est complètement ridicule maintenant que la région est devenue très bruyante.