Le rêve d’une légion

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Le rêve d’une légion
Voici un aperçu de ce à quoi pourraient ressembler les futurs locaux de la Légion royale canadienne de Mascouche qui devront probablement être rebâtis à neuf. (Photo : courtoisie)

Puisque la Légion royale canadienne de Mascouche (filiale 120) devra fort probablement rebâtir à neuf ses locaux du chemin des Anglais à la suite de l’effondrement d’une portion du toit sous le poids de la neige et de la glace cet hiver, l’organisme rêve déjà au futur, mais aura besoin d’aide pour mener ce rêve à terme.

Les installations actuelles de Légion (filiale 120) sont interdites d’accès depuis quelques semaines. Pour l’instant, la Ville de Mascouche a prêté à l’organisme un local situé au 2e étage du CPE voisin de la Légion. Les bénévoles de l’organisme s’en servent essentiellement pour l’administration. Pour ce qui est des activités, comme les populaires fléchettes, la Légion tente de les relocaliser à d’autres endroits, explique le président Mario Miller. D’ici là, les profits de la Légion sont en baisse, car l’organisme ne peut plus vendre certains produits, par exemple la boisson, comme c’était le cas lors de la tenue d’activités.

Reconstruction

Pour ce qui est de la reconstruction, de premières esquisses sont sur les planches à dessin. «On veut que ce soit un projet rassembleur. Mais il y a beaucoup de choses auxquelles on doit réfléchir même si certains n’ont pas encore fait leur deuil [de l’effondrement]», indique M. Miller.

Le but est de construire un bâtiment de même dimension (100 pieds sur 40) avec une portion musée ainsi qu’une terrasse commémorative au deuxième étage (voir photo), détaille Hélène Michaud, embauchée à titre de consultante pour aider la Légion dans tout le processus de reconstruction.

Pour financer ce projet évalué à plusieurs centaines de milliers de dollars, l’organisme a l’intention de demander de l’aide, financière ou autre, à tous les paliers de gouvernement.

La population sera aussi invitée à contribuer, si elle le désire. «Nous pensons organiser une soirée grandiose pour laquelle le billet coûtera 100 $. On souhaite amasser 60 000 $ grâce à cette soirée, ce qui aiderait beaucoup à la reconstruction», affirme Mme Michaud. La date précise n’a pas encore été déterminée, mais celle du 13 septembre a été évoquée, ce qui marquerait du même coup le tout début de la 75e année d’existence de l’organisme qui vient en aide aux vétérans et aux membres actifs des Forces armées canadiennes. D’autres initiatives pourraient être lancées en lien avec cet anniversaire important pour aider la Légion à amasser de l’argent.

Un monument intégré?

Un monument, projet qui se discute depuis quelques années et auquel Ron Robinson, vétéran et ex-président de la Légion royale canadienne de Mascouche, tient mordicus pourrait être aménagé à même la nouvelle construction. Un mur extérieur pourrait servir de mémorial. M. Robinson suggère d’y inscrire le nombre 170 en référence au nombre de vétérans que comptait la communauté qu’on appelait à l’époque « Terrebonne-Heights », ainsi que le nom de chacun d’entre eux. Le compromis d’intégrer un monument à la nouvelle construction semble convenir à tous. «La forme peut varier, mais il faut une installation permanente pour se souvenir des hommes et des femmes de cette communauté. C’est une simple marque de respect», dit M. Robinson, qui habite aujourd’hui en Ontario.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar