Le son du Hammond

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Le son du Hammond
Highway Hunters, c’est Yanni Aumont à la basse (il a accompagné Claude Dunois, Sylvain Cossette, Isabelle Boulay, Loco Locass), Marine Lacoste à l’orgue Hammond (claviériste pour Corey Hart) et Olivier Savoie-Campeau (batterie), qui parcourront les routes avec leur premier album. (Photo : Olivier Savoie Campeau)

Le groupe rock Highway Hunters lancera son premier album le 23 avril au Ministère, à Montréal. Avec un rock pesant qui met en valeur les sonorités légendaires de l’orgue Hammond, le groupe québécois veut présenter un nouveau son qui deviendra sa signature.

Nous avons rencontré la voix du groupe, la Mascouchoise Marine Lacoste.

«Highway Hunters, c’est un projet sur lequel Yanni (Aumont) et moi travaillons depuis au moins deux ans. L’album est maintenant complété et nous avons vraiment hâte au lancement. Nous en sommes très fiers», mentionne la claviériste. Olivier Savoie-Campeau complète le trio à la batterie. Ce dernier est arrivé un peu plus tard, alors que le groupe était en processus de création de l’album.

Un trio, sans guitare

Au départ, le groupe n’était destiné qu’à faire des reprises. «Yanni souhaitait former un trio sans guitare, c’est-à-dire basse, batterie et le fameux son de l’orgue Hammond. Nous nous étions donné le défi de faire un spectacle qu’avec des compositions, et plus Yanni composait, plus le son nous plaisait. La composition s’est poursuivie, au point d’avoir presque 20 pièces pour faire un album de 9 ou 10 chansons.»

Ensemble, ils souhaitent donner un nouveau souffle, un son de rock moderne, au son vintage progressif de l’orgue Hammond et en faire leur signature. Ils s’inspirent de groupes tels que Deep Purple, Emerson Lake & Palmer, Dorothy ou Halestorm.

Une âme à exprimer

Marine Lacoste, pianiste classique de formation, joue de cet orgue depuis six ans. Ce sont des rencontres qui l’ont influencée et amenée vers Hammond. «Plusieurs, dont Yanni, me disaient que j’avais la personnalité pour en jouer. Et, honnêtement, j’y ai trouvé quelque chose que je n’avais pas au piano, une âme avec laquelle je pouvais m’exprimer comme je le souhaitais. C’est aussi un gros meuble de bois qu’on peut brasser, c’est rough.» Et le mot «brasser» est très éloquent lorsqu’on voit Marine au clavier.

«C’est vrai que je brasse pas mal l’orgue. Avec le temps, je connais la limite à ne pas franchir. Cependant, à une occasion je me suis laissée trop aller et j’ai échappé l’orgue. Je suis devenue blême, mais ça ne m’empêche pas de le brasser encore», assure-t-elle.

Et le 23 avril au Ministère, à Montréal, vous verrez Marine brasser son Hammond, et vous entendrez les riffs de basse de Yanni et les rythmes de batterie d’Olivier lors du lancement de leur premier album, un sérieux mélange de vintage et de rock énergique moderne. Pour avoir tous les détails et pour tout savoir sur le groupe, il faut se rendre au www.highwayhunters.com ou sur Facebook et Instagram.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar