Le train de Mascouche devenu LA priorité

Le projet de train de banlieue Mascouche-Terrebonne-Laval-Montréal vient de franchir une étape importante en vue de sa réalisation, et ce, en faisant consensus en tant que priorité numéro un parmi tous les projets de transport en commun à être développés au sein de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Éric Ladouceur

C’est la Coalition métropolitaine en faveur de la relance du transport en commun dans la région métropolitaine qui a signifié au gouvernement provincial que le projet du train de banlieue de Mascouche était désormais la priorité numéro un. La Coalition regroupe plusieurs élus et acteurs importants dans le domaine du transport en commun de la grande région métropolitaine, dont le maire de Montréal et président de la CMM, Gérald Tremblay, le président de la Société de transport de Montréal, Claude Dauphin, le président du Réseau de transport de Longueuil, Claude Gladu, et le directeur général du Conseil régional en environnement de Montréal, Robert Perrault.

« Une grosse victoire »

Nouveau président de l’Association des Conseils intermunicipaux de transport (ACIT) et conseiller municipal à Terrebonne, Jean-Luc Labrecque qualifie cette annonce de «grosse victoire» pour la région. «Avec l’entente sur le retour de la taxe fédérale sur l’essence, la CMM a obtenu 433 M$ pour développer le transport en commun au sein de la CMM. Là, les élus et acteurs de la CMM unissent leur voix pour signifier que parmi tous les projets sur la table, c’est le train de banlieue de Mascouche qui sera le premier projet à démarrer. C’est donc une excellente nouvelle», indique M. Labrecque, à qui on doit une bonne partie du crédit de cette annonce.

Début dès 2006

En vertu de l’entente sur le retour de la taxe d’essence, la CMM disposera dès 2006 de près de 114 M$ pour entreprendre ses projets de transport en commun. Comme le projet de train de Mascouche est évalué à 48 M$, il est donc possible que les travaux débutent dès 2006. «Tout est là pour aller de l’avant dès 2006. L’argent est là, et un comité de suivi technique a aussi été mis sur pied afin de détailler encore plus le projet. Ce comité remettra son rapport en décembre prochain, et une réunion suivra le dépôt du rapport. Dès lors, tout sera en place pour démarrer le projet», conclut M. Labrecque, très fier du consensus obtenu.

D’autres projets, dont celui du train de banlieue de Repentigny (90 M$) et la navette entre l’Aéroport Pierre-Elliott-Trudeau (157 M$) et le centre-ville de Montréal, ont également été identifiés respectivement comme priorité numéro deux et trois par la Coalition.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar