Le train et le pont

Interrogé sur les propos du ministre des Transports tels que rapporté par le député de Masson, Luc Thériault, le maire de Terrebonne et président du Regroupement pour le pont de la 25, Jean-Marc Robitaille, ne pense pas que le projet de train de banlieue de Mascouche ait été mis sur la glace au profit du parachèvement de l’autoroute 25.

Éric Ladouceur

«Moi, je n’ai aucun doute que nous allons avoir le train. Nos discussions ne portent plus sur la pertinence du projet, mais plutôt sur le trajet qu’empruntera le train : vers la ligne de Repentigny ou vers une station du métro de Laval», a précisé M. Robitaille.

Ce dernier se base sur les propos du ministre des Transports, Michel Després, qu’il a rencontré il y a quelques semaines en compagnie des maires de Mascouche et Laval. «Le ministre nous a dit qu’il se ferait rapidement une tête sur le projet et qu’il nous consulterait avant de prendre une décision. Je n’ai aucune raison de croire qu’il a changé de position depuis. Nous lui avons signifié que nous favorisions le trajet qui rejoint le métro de Laval, et il a bien écouté nos arguments. C’est là que nous en sommes, et rien ne m’indique que le projet du train de banlieue de Mascouche soit sur la glace», ajoute-t-il.

Pont et train

Pour le maire de Terrebonne, il est clair que les deux projets (train et pont) doivent aller de l’avant. «L’un n’exclut pas l’autre. Ces deux projets sont complémentaires et non en opposition comme certains le disent», argue le maire.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar