LE TRAIT D’UNION MAG : 10 questions à Frédéric Desmarais… pour frissonner

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
LE TRAIT D’UNION MAG : 10 questions à Frédéric Desmarais… pour frissonner
Frédéric Desmarais et Louis-Philippe Lemay, de Cellule Créative, organisateurs du Festival Frissons. (Photo : courtoisie)

À l’aube du Festival Frissons, qui se tiendra entre autres au parc du Grand-Coteau de Mascouche, nous avons rencontré Frédéric Desmarais, qui, avec Louis-Philippe Lemay, compose Cellule Créative, entreprise à la tête de l’événement. Fredo nous parle de Frissons et de ses souvenirs «halloweenesques».

 

Que représente l’Halloween pour toi?

C’est LE moment le plus cool de l’année. C’est un temps où j’adore laisser aller ma créativité pour décorer le terrain à la maison.

Quel a été ton premier déguisement d’Halloween?

Oh! c’est loin! Le premier que je puisse me rappeler, je devais avoir 6 ou 7 ans. J’avais construit un costume de robot de l’émission Les satellipopettes. Quelques boîtes de carton, du papier d’aluminium, quelques Slinky et hop! j’avais un costume de robot.

Quand as-tu passé l’Halloween pour la dernière fois?

L’an passé. À quelle autre réponse vous attendiez-vous? (rires) Mon garçon de 10 ans passe toujours l’Halloween et je l’accompagne. Personnellement, je m’amuse à regarder les costumes, les décorations. Ce soir-là de l’année, j’adore tellement l’ambiance du quartier.

Qu’as-tu reçu de plus inusité à l’Halloween?

J’ai déjà reçu de… l’air. En fait, j’ai reçu deux gros sacs de bonbons qui en réalité n’avaient que de l’air dedans. De gros sacs, attachés avec de gros rubans, mais il n’y avait rien dans les sacs, que de l’air. J’avoue que je l’ai tout de même trouvé très drôle.

Quel est ton plus beau souvenir d’Halloween?

Les grosses gangs. Lorsque nous déambulions sur la rue à 12, 13 ou 14 personnes. Des adultes et des enfants ensemble, c’était wow!

Je me rappelle à quel point on se dépêchait de souper pour partir tôt. J’avais tellement hâte de retrouver mes amis et de partir cogner aux portes. Ça a toujours été de très belles soirées.

Pourquoi un Festival Frissons à Mascouche?

L’idée de créer un festival d’Halloween m’est venue après avoir vu une tonne d’images d’Halloween à Disney. Je me disais que j’aimerais produire un événement pour toute la famille justement sur la thématique de l’Halloween. Quelque chose qui ferait parfois un peu peur, mais vraiment juste un peu. Maintenant, on se permet d’aller un peu plus loin. On se permet de faire un peu plus peur. Et de plus, j’adore l’imaginaire qui se cache derrière cette fête du déguisement.

Parle-moi des nouveautés de cette année?

Il y en aura quelques-unes, mais j’aimerais te parler de deux. Premièrement, le cimetière. Au cours des deux dernières années, nous y avons ajouté un peu d’animation avec un conteur extraordinaire. Cette année, on va encore vous raconter des trucs humoristiques sur la façon dont les gens sont décédés, mais notre conteuse aura maintenant une complice. Nous développons un vrai spectacle qui sera apprécié de tous, j’en suis certain. Et deuxièmement, le spectacle de feu. Le vendredi et le samedi soir, trois fois par soir, les gens pourront assister à un spectacle incroyable. Quelque chose de super visuel avec du feu et des trucs lumineux.

Es-tu satisfait de l’évolution du festival?

Oui, beaucoup. Et j’ai encore plein d’idées en tête. J’ai l’impression que le Festival Frissons prendra encore de l’ampleur. Beaucoup, je pense. Il nous faudra bientôt une bien plus grande équipe pour réaliser nos idées. Mais j’aime bien le chemin que prend Frissons.

Qu’est-ce qui en fait le succès?

Je pense que c’est son côté festif et rassembleur qui en fait en partie le succès. Il y en a pour tous les goûts. Quand on vient à Frissons, il y a des trucs qui font un peu peur et d’autres un peu plus peur. (rires) Tout le monde y trouve son compte.

Pour quelles raisons les gens devraient-ils aller au festival?

Parce que c’est l’Halloween. Ça dit tout. L’Halloween, c’est cool. On se déguise, on s’amuse à se faire peur. Il y a plein de décorations, de l’ambiance, des sons étranges et l’atmosphère est toujours tripante. Tout ça, gratuitement. C’est fou comme ça! (rires) Et vous savez quoi, tout est toujours propice aux superbes photos.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar