LE TRAIT D’UNION MAG : À votre écoute, pour votre rétablissement

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
LE TRAIT D’UNION MAG : À votre écoute, pour votre rétablissement
L’organisme DAA s’adresse à toute personne qui souffre ou qui se questionne sur ses relations avec autrui.

La dépendance affective est un problème plus répandu qu’on ne le croit et qui affecte durement les relations interpersonnelles. Les groupes de soutien des Dépendants Affectifs Anonymes (DAA) accueillent les personnes qui en souffrent et qui ont pris la décision de se rétablir.

L’organisme DAA a eu 30 ans en 2018. Au Québec, il existe une quarantaine de groupes de réunions, dont deux à Terrebonne : à l’école Léopold-Gravel le lundi et au sous-sol de l’église Saint-Louis-de-France le mercredi.

Un organisme pour les membres

L’organisme adopte une méthode similaire à celle prônée lors des rencontres des Alcooliques Anonymes et la voie spirituelle du rétablissement.

«La seule condition pour devenir membre des DAA consiste à avoir le désir d’établir des relations affectives saines avec soi-même et avec les autres. Notre première voie de sortie est évidemment d’admettre que nous sommes impuissants, que nous ne sommes pas parfaits. C’est aussi de reconnaître que nous avons une souffrance interne. Vous savez, avant de rebâtir une construction, il faut souvent démolir l’ancienne ou en redresser les fondations», explique Paul (nom fictif), membre des DAA et impliqué au sein de l’organisme.

«Lors de nos rencontres, ajoute-t-il, nous sommes dans la compréhension et l’acceptation. Il n’y a donc aucun jugement. Il y a des conférenciers et des partages. Nous offrons aussi beaucoup de documentation pour nos membres. Tout est centré sur eux et leurs besoins. L’organisme n’a pas de chef, c’est une pyramide inversée et chaque groupe régional est autonome, mais doit tout de même s’inscrire dans un cadre plus large de collaboration.»

La souffrance

Les DAA s’adressent à toute personne qui souffre ou qui se questionne sur ses relations avec autrui, qui vit des relations malsaines, par exemple. «Il n’est pas question que de relations amoureuses. Ce peut être les relations avec un patron, nos amis ou même nos enfants. Le dénominateur commun, c’est la souffrance.»

Pour en savoir davantage sur l’organisme DAA et connaître le lieu des rencontres à Terrebonne ou sur le territoire de Lanaudière, il suffit de visiter le http://www.daa-quebec.org en sélectionnant la ville ou la région.

 

Lisez aussi : https://www.larevue.qc.ca/le-trait-dunion-mag-on-ne-vit-que-pour-les-autres/

Partager cet article

Commentez l'article

avatar