LE TRAIT D’UNION MAG : De multiples bienfaits et des vies changées

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
LE TRAIT D’UNION MAG : De multiples bienfaits et des vies changées
Alain, qui a cuisiné toute sa vie, dit avoir vécu une sorte de renaissance lorsqu’il a commencé à s’impliquer au sein du Réseau moulinois des cuisines et jardins. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

DOSSIER DE LA SEMAINE

En plus de permettre une plus grande indépendance alimentaire en cultivant des légumes pour ensuite cuisiner des plats avec les récoltes, le Réseau moulinois de cuisines et de jardins procure de nombreux autres bienfaits pour ceux qui choisissent de s’impliquer à travers les organismes membres du réseau.

Parlez-en à Alain. Cet homme aux prises avec des problèmes de toxicomanie a quitté un environnement qui était néfaste pour lui, il y a quelques années. À la suite d’une cure de désintoxication, il s’est installé à Mascouche et il est sobre depuis 2015. Il a commencé à fréquenter Le Relais, un organisme offrant du dépannage alimentaire membre du réseau. Depuis, il considère que sa vie est belle. «Je trouvais le temps long chez moi. J’ai commencé à faire du bénévolat et ça m’a permis de rencontrer des gens. J’ai vraiment recommencé à vivre», lance celui dont cuisiner est le métier.

De la cuisine au jardin

Petit à petit, il s’est intéressé au jardinage en se rendant au potager d’Uniatox. En 2017, il a commencé de façon modeste en s’occupant d’un carré de 4 pieds sur 4 pieds dans lequel il avait planté des tomates. Dès l’année suivante, il avait besoin d’un espace de 10 pieds sur 20 pieds et a aussi planté des tomates cerises, des concombres anglais, des poivrons verts et rouges, ainsi que fèves jaunes et vertes. Il avait même élaboré sur papier un plan du potager pour s’assurer d’être prêt dès le début de la saison 2018. Tout cela l’a tenu occupé sept jours sur sept durant l’été. «C’est une forme de thérapie. Tu oublies tout quand tu as les deux mains dans la terre et ça fait plaisir de voir ça pousser», dit Alain.

Il y a tellement pris goût qu’il a commencé à faire l’entretien dans des jardins d’autres personnes qui avaient moins de temps ou des ennuis de santé en enlevant les mauvaises herbes et en arrosant leurs plants.

Il a maintenant bien hâte que l’hiver finisse enfin pour pouvoir préparer son jardin pour un troisième été.

«Nouvelle vie»

Les gens qu’Alain a rencontrés par l’entremise du réseau sont devenus pratiquement des amis au fil du temps. «J’ai une nouvelle vie pas mal meilleure [grâce au réseau]. Ça m’a empêché de faire une rechute. J’aurais fini par trouver le temps trop long, enfermé entre quatre murs», témoigne l’homme.

À force de côtoyer les gens d’Uniatox, il s’est mis à participer à d’autres activités, comme les ateliers de musique, qui l’ont amené à composer deux chansons.

Aspect intervention

Des histoires comme celles d’Alain, il y en a plusieurs grâce au réseau, qui a également un volet intervention plus méconnu, souligne Manon Massé, directrice générale d’Uniatox. Par exemple, si un homme vivant des difficultés souhaite briser l’isolement en s’impliquant dans le réseau, il peut être référé au Centre de ressources pour hommes du sud de Lanaudière, également membre du réseau moulinois des cuisines et jardins, puisqu’il offre des ateliers de cuisine collective.

Mais nul besoin de vivre une problématique pour s’impliquer, puisque le réseau est ouvert à tous ceux qui souhaitent donner de leur temps et de leur énergie pour une bonne cause.

Et le bien qu’on peut faire autour de soi est tangible. Pour prendre un exemple récent, la famille de Martin Beauchamp est très reconnaissante d’avoir pu bénéficier du dépannage alimentaire du Relais après l’incendie de leur domicile de Mascouche, le mois dernier. Le père de famille a pris le temps de remercier l’organisme en partageant une photo sur Facebook.

Après tout, ce n’est pas pour rien que le Réseau moulinois de cuisines et de jardins vient tout juste d’être sélectionné parmi les quatre coups de cœur de la région lanaudoise pour les initiatives horticoles par la communauté 100 degrés, qui fait la promotion des saines habitudes de vie chez les jeunes.

 

LISEZ AUSSI : https://www.larevue.qc.ca/le-trait-dunion-un-reseau-qui-senracine-dans-la-communaute/

Partager cet article

Commentez l'article

avatar