LE TRAIT D’UNION MAG : Dix questions à Pierre Fitzgibbon, député de Terrebonne et ministre

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
LE TRAIT D’UNION MAG : Dix questions à Pierre Fitzgibbon, député de Terrebonne et ministre
Pierre Fitzgibbon est député de Terrebonne, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

Quel a été votre premier contact avec l’entrepreneuriat et l’économie?

Toute ma carrière a été axée sur l’économie à partir de mon premier emploi. J’ai été exposé à des entrepreneurs toute ma carrière et j’en suis devenu un plus tard dans la quarantaine.

Quel est votre plus grand succès en affaires?

Avoir bâti avec mon équipe un joueur mondial dans son domaine, Atrium Innovations, et avoir aidé plusieurs entrepreneurs.

Quel est votre plus grand échec en affaires et qu’en avez-vous appris?

Quand j’ai quitté une entreprise dans le textile avant que le redressement n’ait été complété. J’ai appris avec cette expérience à être patient et tolérant.

Pourquoi avoir choisi de vous lancer en politique?

J’ai été privilégié et chanceux dans la vie, il était temps d’être un peu moins égoïste et de redonner à la communauté.

En quoi la politique est semblable ou différente de ce que vous imaginiez?

Il n’y a pas trop de surprises, sauf la lourdeur de la prise de décisions et l’intense couverture médiatique.

Quel est votre plus grand défi en tant que ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec?

Rendre le Québec plus productif, car on a perdu beaucoup face à nos concurrents ontariens et américains.

Le début de votre mandat est plutôt mouvementé (Bombardier et Investissement Québec), comment composez-vous avec ces différents soubresauts?

Très bien, car je maîtrise ces dossiers, mais je n’ai pas de tolérance pour le non-respect des gens et l’incompétence.

Est-ce qu’agir comme entrepreneur ou œuvrer au sein d’une grande entreprise vous manque parfois et pourquoi?

Non, je suis passé à une autre étape de ma vie professionnelle et elle me passionne énormément.

Que faites-vous pour vous changer les idées et sortir de vos fonctions à l’occasion?

Des sports, des voyages et côtoyer les amis et la famille.

Comment arrivez-vous à développer un sentiment d’appartenance et à bien représenter les gens de Terrebonne, alors que vous ne demeurez pas dans la région?

Je comprends très bien les enjeux des citoyens et des entreprises de Terrebonne. Je passe une journée par semaine dans ma circonscription et je participe à beaucoup d’événements sociaux, car je veux rencontrer les gens. J’aime les rencontres de citoyens. Ça me stimule de les écouter et de pouvoir les aider quand je peux.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar