LE TRAIT D’UNION MAG : Inspirés par leur fils, ils fondent Angelmom

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
LE TRAIT D’UNION MAG : Inspirés par leur fils, ils fondent Angelmom
Les Terrebonniens Alexandre Boucher et Andréane Rousseau sont derrière les Savons Angelmom. (Photo : Pénélope Clermont)

FABRIQUÉ ICI

Avec un enfant atteint du syndrome d’Angelman, un trouble grave du développement neurologique, et tous les suivis médicaux que cela implique, il était pratiquement impossible pour Andréane Rousseau de conserver un emploi. C’est son conjoint, Alexandre Boucher, qui a eu l’idée de sa vocation : les savons artisanaux.

Pénélope Clermont

Il avait vu passer une publicité sur Facebook. Le soir même, il lui lançait l’idée de faire des savons. «J’ai un petit côté « cheap » et « grano ». Si ça coûte moins cher les faire nous-mêmes et que c’est meilleur pour l’environnement, c’est un deux dans un», raconte M. Boucher. L’idée a plu à Mme Rousseau, qui s’est plongée corps et âme dans le projet.

«J’ai fait beaucoup de recherches, de tests, des essais et erreurs. J’ai suivi des cours avec une cosméticienne et une chimiste, explique la principale intéressée, qui était alors enceinte de son deuxième enfant, Olivier. On est toujours en recherche et développement, en fait. Si j’ai une demande particulière, je vais essayer de trouver une façon de le faire.»

Parce que l’idée de son conjoint est en effet devenue un projet concret. En octobre dernier sont nés les Savons Angelmom, dont le nom est inspiré du syndrome d’Angelman. L’entreprise est d’ailleurs affiliée à FAST Canada, un organisme dédié à la recherche pour guérir le syndrome qui afflige le fils aîné des entrepreneurs, Lucas, âgé de 2 ans. Mme Boucher développera un savon dont les profits seront remis à la fondation.

Approche écologique

C’est dans son atelier au sous-sol de la résidence familiale que la mère de famille confectionne des savons à la main avec une approche écologique, autant pour les produits que pour les matériaux qu’elle utilise pour les emballer. La gamme des produits Angelmom s’étend des savons pour le corps ou le visage aux barres de shampoing et revitalisant, en passant par les bombes de bain. À cela s’ajoutent un exfoliant au sucre et une lotion en barre, «très populaire», soulève la Terrebonnienne. Sans oublier les petits imparfaits, ces produits avec quelques légers défauts qui ne méritent pas pour autant d’être jetés.

Pour ceux qui se demandent s’il est difficile de fabriquer des savons : «Ce n’est pas compliqué, mais ça reste de la chimie et de la manipulation. Quand tu vas trop vite, c’est là que c’est plus dangereux», témoigne la dame qui a subi quelques brûlures. C’est le métier qui rentre, comme on dit!

C’est surtout le bouche-à-oreille qui permet au couple d’augmenter ses ventes, bien qu’il possède des points de distribution ici et là. Les commandes peuvent se faire en ligne au www.angelmomsoaps.ca.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar