LE TRAIT D’UNION MAG : L’entrepreneuriat, une histoire de persévérance

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
LE TRAIT D’UNION MAG : L’entrepreneuriat, une histoire de persévérance
Eugénie Demontigny avec ses chiens, Osso et Tattum. (Photo : courtoisie)

ENTREPRENEURE D’ICI

Lorsqu’il raconte son histoire, un entrepreneur parle souvent de ses débuts : le jour où il a quitté son emploi pour investir toutes ses économies et se lancer en affaires. Eugénie Demontigny a franchi ce pas, mais le moment qui est le plus marquant pour elle est arrivé plus tard. Trois ans après l’ouverture du Centre canin ça c’est chiens.

On était alors en 2018. Le bâtiment dans lequel elle avait vu son projet fleurir était sur le point d’être vendu. Cela signifiait le déménagement d’une entreprise en pleine croissance ou pire, sa fermeture. Heureusement, une clause dans le bail lui permettait d’accoter l’offre de l’acheteur, mais encore fallait-il que la banque lui accorde un prêt. «Ça a été le plus gros stress de ma vie, reconnaît Mme Demontigny. J’avais peur de ne pas passer au crédit et de ne pas trouver un local comme celui que j’avais. Je pensais à ma « business » et à mes employés. On était comme une famille.»

Les démarches ont duré 30 jours. «Les 30 plus longs jours de ma vie, assure-t-elle. C’était 100 000 fois plus stressant que quand l’entreprise a été lancée. Si j’avais tout perdu, je ne suis pas certaine que je l’aurais redémarrée.»

Vous aurez compris que la chance a tourné du côté de l’entrepreneure de La Plaine. Une banque a cru en son entreprise après être venue sur place. «Quelqu’un a cru en mon projet, se réjouit-elle. Il a vu que ça fonctionnait, il a vu ma passion et il a vu mon cœur sur la table.»

Une passion de toujours

C’est avec cette même passion que l’éducatrice dirige le Centre canin ça c’est chien. Une passion qui lui vient de l’enfance. «J’ai toujours aimé les chiens et je me suis toujours dit que j’allais travailler avec eux», relate celle qui, à l’âge de 14 ans, tenait une garderie pour chiens dans la maison familiale.

Au sein de son entreprise, elle propose des cours d’obéissance de groupe ou privés, des cours de fantaisie, des ateliers pour les femmes enceintes et des fêtes pour enfants. Le lieu est aussi utilisé comme parc à chiens, en plus d’offrir un service de toilettage et une boutique.

«Je respecte l’animal et les gens dans leurs besoins et leurs intentions. Je les amène là où ils souhaitent aller avec leur chien», précise l’éducatrice.

Depuis quelque temps, celle-ci fait même de la compétition, du «dock diving», avec ses deux chiens, Tattum et Osso. Tattum, 3 ans, est même championne 2018 en saut en hauteur. «Jusqu’à maintenant, elle a toujours été sur les podiums. On pratique énormément durant l’été. Je « trippe » à faire ça. Il faut dire que c’est le « fun » de gagner!» conclut avec fierté la maîtresse.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar